Martin Fayulu, après le dépôt de son recours à la cours constitutionnelle, répond à la presse avant d’être escorté à sa résidence, Kinshasa 2019, @HabariRDC
article comment count is: 0

Marche de Lamuka : devons-nous parler d’une marche réussie ?

Dès la matinée de ce vendredi 17 janvier 2020, j’ai vu une forte présence des policiers place de l’Echangeur et du coté de Tshangu. Là-bas, les leaders de Lamuka venaient d’assister à une messe en mémoire des morts de l’est du pays, mais aussi pour dire non à tout projet de balkanisation.

Cette manifestation voulue pacifique, a été réprimée par la police juste après cette messe qui a eu lieu à la paroisse Sainte Famille de la commune de Masina.

Fayulu escorté et déposé chez lui

Comment disperser les manifestants et les empêcher à atteindre leur point de chute prévu à l’Echangeur de Limete ? À mon avis, c’est la grande question que se posait la police car les militants et les leaders de Lamuka semblaient tous déterminés. La seule solution pour les policiers était d’escorter Fayulu jusqu’à son domicile à l’hôtel Faden House à Gombe. C’est ce qu’ils ont fait après avoir lancé des gaz lacrymogènes vers le pont Matete. Fayulu n’a donc pas déposé sa gerbe de fleurs comme prévu. Plusieurs manifestants ont été interpellés et quelques blessés enregistrés.

Du coté de l’Echangeur de Limete, les militants du Parti lumumbiste unifié (Palu) que j’ai rencontrés, pensent que Martin Fayulu et son équipe ont saboté la journée du 59ème anniversaire de la mort de Patrice Emery Lumumba qui ne mérite pas ça.

« Pourquoi une telle manifestation en ce jour ? Ils ne pouvaient pas déposer la gerbe de fleurs calmement ? C’est un sabotage ! Lumumba ne mérite pas ça », proteste un militant de Palu.

Une heure après, tout est calme

Comme si de rien n’était, la population de Tshangu a repris ses activités dans le calme. La police qui s’y trouvait a quitté le lieu. Devons-nous parler d’une marche réussie de Lamuka ? La même manifestation s’est tenue normalement à Kikwit et à Goma. Elle a été plutôt étouffée à Bunia. Pourtant, manifester pacifiquement est un droit garanti par la Constitution.

 

Partagez-nous votre opinion