article comment count is: 0

Route Mbujimayi-Mwene Ditu : le tronçon de la mort

La route Mbujimayi-Mwene Ditu est l’unique tronçon asphalté de la Nationale numéro 1 au Kasaï-Oriental. En dehors de la ville de Mbujimayi, aucune autre route provinciale n’est asphaltée, tout est en terre battue. Du coup, lorsqu’ils entrent sur l’asphalte de cette route Mbujimayi-Mwene Ditu, les chauffeurs en profitent pour enfoncer la pédale d’accélérateur. Et les accidents mortels sont quotidiens.

La plupart des accidents sur la route nationale numéro 1 axe Mbujimayi-Mwene Ditu sont dus à l’excès de vitesse. Plusieurs statistiques de la police de circulation routière locale le démontrent. Fin 2019 sur cette route très fréquentée, un camion bourré de maïs et de commerçants en provenance de Mwene Ditu, s’est renversé à la hauteur d’une descente appelée Miya faisant 16 morts. Le chauffeur a perdu le contrôle en raison de l’excès de vitesse et d’une défaillance du système de freinage.

Miya, c’est à environ 15 kilomètres de Mbujimayi. À cet endroit, les accidents sont fréquents. La route y penche fortement et se redresse sur une courbure suivie d’une montée. Ensuite la montée elle-même est suivie d’un autre virage. Donc, il faut y aller doucement, et avec beaucoup de précautions. Hélas, les chauffeurs s’en foutent.

Place Tshinvuluila

Un autre point parmi les plus accidentogènes de cette route c’est Tshinvuluila, aux environs du PK 12. C’est également une forte descente qui se termine par un virage suivi d’une montée. Plusieurs fois, les véhicules qui ratent de négocier le virage et la descente finissent leur course dans les ravins qui longent de part et d’autre cette route. Et il y a une multitude de ce genre de lieux dangereux sur cet axe. Un autre est situé à environ 60 kilomètres, avant d’amorcer l’entrée de la cité de Lukalaba. Toujours descente, virage, montée, virage !

J’ai perdu un ami d’enfance sur cette route de la mort. Sylvain était son nom. Il revenait de Mwene Ditu quand le camion où il était monté a fait un tonneau. Le vieux camion transportait des fûts de carburant. Le corps de mon ami était méconnaissable après l’accident. Il était totalement aplati par des fûts qui lui sont tombés dessus. Paix à son âme !

Imposer la limitation de vitesse et le contrôle technique

Au vu du nombre très élevé d’accidents mortels sur la route Mbujimayi-Mwene Ditu, la solution est d’imposer une limitation de vitesse. Il y aurait certainement moins d’accidents si les chauffeurs roulaient à moins de 60 kilomètres par heure. Hélas, la vitesse ici c’est entre 90 et 120 à l’heure, parfois au-delà. C’est parce qu’il y a absence de l’autorité de l’Etat dans ce secteur. Il y a des chauffeurs qui roulent comme des fous, même la nuit. Certains conduisent en état d’ébriété. Les policiers de roulage ferment les yeux, car souvent corrompus.

S’agissant des contrôles techniques des engins, ils sont souvent complaisants et fantaisistes. Il n’y a qu’à payer l’argent et on vous donne un document officiel certifiant un contrôle technique qui n’a jamais été effectué. Les contrôleurs eux-mêmes pour la plupart ne disposent d’aucune expertise. Beaucoup de véhicules roulent sans freins ni phares. Voilà comment on met en danger la vie des Congolais.

 

Partagez-nous votre opinion