article comment count is: 0

À Beni certains refusent encore de croire qu’Ebola existe

Depuis  plus de quatre mois, la maladie à virus Ebola sévit en ville et en territoire de Beni. Le récent bilan de l’épidémie fait état de plus de 600 cas confirmés dont les deux-tiers des malades sont déjà morts. Malgré le nombre élevé de personnes atteintes et décédées de cette maladie, beaucoup ne croient toujours pas qu’Ebola existe ! Ce qui met gravement en difficulté tout le programme de riposte.

Personnellement j’ai trouvé étrange de voir que certaines personnes vivant avec Ebola sont elles-mêmes incrédules à l’existence de l’épidémie. Pourtant la maladie est bel et bien là, elle décime des vies entières et même certains proches de ma famille. En tant que journaliste, j’ai voulu savoir pourquoi les gens s’obstinent à ne pas croire qu’Ebola existe.

Ebola c’est du bluff, un mythe  fabriqué par certaines ONG pour se faire de l’argent

Cette idée est très répandue ici à Beni. Même Fabien, un jeune que j’ai rencontré le croit aussi.  Plus grave, il est très hostile à la vaccination. « Ebola n’existe pas, les ONG veulent seulement justifier des dépenses et se faire de l’argent. Moi je ne me ferai jamais vacciner. Ces vaccins qu’ils nous amènent aujourd’hui auront des effets négatifs sur la santé plus tard. Vous verrez ! », déclare Fabien. J’étais horrifié. Et ce qui est dommage c’est que certains de ceux qui pensent ainsi sont si virulents qu’ils s’attaquent même aux équipes de la riposte contre Ebola. La police accompagne désormais chaque équipe sur le terrain pour la protéger.

Cependant, les responsables de la riposte sont formels : la résistance humaine est devenue le seul facteur qui fait empirer la situation d’Ebola à Beni.

Ebola, une maladie grave et mortelle

Nous sommes allés interviewer un médecin – Maurice Kakule – qui avait été touché par  Ebola mais qui a été guéri après des soins. Pour lui, ceux qui font de la résistance contre la vaccination, font partie des causes qui empêchent que cette maladie soit maîtrisée à Beni. « Nous qui avons développé cette maladie, nous la connaissons très bien. C’est une maladie grave et mortelle. Nous avons intérêt à lutter pour la mettre loin de nous », conseille-t-il.

L’hygiène et la sensibilisation pour lutter contre Ebola

Ce sont ces conseils que donne régulièrement le maire de Beni, Nyonyi Bwanakawa. Il explique : « Les statistiques sont en hausse. Ebola a déjà fait plus de 200 morts en ville et en territoire de Beni. Nous devons observer les règles d’hygiène que recommandent les équipes de la riposte. À savoir : se laver régulièrement les mains, éviter de se serrer les mains, mais aussi éviter de manipuler la viande de brousse dont on ne sait pas la provenance. Elle peut être issue  d’un animal contaminé par Ebola. »

Je sais que beaucoup d’efforts sont déjà faits dans la sensibilisation de la population, et je ne peux que conseiller de les intensifier. Il me paraît important de multiplier les méthodes de communication pour que la population s’approprie la lutte contre ce fléau.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.