article comment count is: 0

Championnat mondial d’apnée politique

Depuis le temps que les Congolais retiennent leur souffle, ils devraient bien avoir battu collectivement un record de privation d’oxygène politique. Et ce n’est pas faute d’avoir vu venir l’impasse dans laquelle s’immobilise aujourd’hui une République démocratique du Congo devenue une cocotte-minute sous pression maximale. La fin du mandat de Joseph Kabila ? Programmée dès sa réélection, il y a cinq ans. La volonté plus que relative d’organiser les élections à temps ? Visible depuis de longs mois. L’impossibilité d’asseoir toutes les parties devant un accord consensuel ? Constatée depuis des semaines… à moins que les voies réputées impénétrables du Seigneur n’insufflent, après un séjour des ecclésiastiques congolais au Vatican, une miséricorde qui permettraient aux négociations dites « de la dernière chance » d’aboutir.

Crise de légalité 

Pour l’heure, les camps politiques se regardent en chiens de faïences, muscles tendus et menaces dégainées. Pour l’opposition radicale, la légitimité de Kabila a pris fin ce 20 décembre, ouvrant une « crise de légalité ». Pour les autorités sortantes-restantes, personne n’a interdit à cette même opposition de participer aux négociations d’automne qui ont entériné la prolongation exceptionnelle du bail du président…

Internet coupé 

Le temps semble donc suspendu dans l’ex-Zaïre, entre black-out orchestré et fronde sourde. Après certains médias muselés ces dernières semaines, ce sont les réseaux sociaux qui ont été suspendus. S’attendant au pire, les populations qui ont observé le départ de nombre d’expatriés inquiets gèrent le strict minimum et tentent de stocker quelques produits alimentaires. Les hommes en tenue, eux, quadrillent les principales villes du pays, notamment au niveau de certains sites jugés stratégiques dans la lutte contre la grogne anti-Kabila. Des tirs ont été entendus à Lubumbashi et des dizaines d’arrestations auraient eu lieu dans le pays…

Après la date symbolique du 20 décembre, et malgré un nouveau gouvernement “cosmétique”, la psychose est donc à son comble. Que se passera-t-il, dans les jours qui viennent, en RDC et ailleurs ? Ailleurs, car comme le disait Frantz Fanon, « l’Afrique a la forme d’un revolver dont la gâchette se trouve au Congo »…

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.