article comment count is: 0

Les conséquences néfastes des discours de haine en RDC

Ces derniers jours en RDC, plusieurs leaders se lancent dans des discours haineux contre certains compatriotes. A la base, la loi Tshiani et les tractations en vue de la désignation du président de la Céni. Cela a fini par pousser certains à perpétrer des actes de violences et de vandalisme.

A première vue, les discours de haine semblent être des propos insignifiants. C’est face aux conséquences que l’on se rend compte de leur gravité. Pour vous décourager à prononcer et à propager les discours de haine, je vous montre ici leurs conséquences néfastes dans notre société.

Source de querelles et de division

Récemment, le tribunal de paix de Kinkole a condamné Jacky Ndala à 24 mois de prison ferme et au paiement de la somme de 500.000 francs congolais (250 USD) d’amende, avec arrestation immédiate pour ses propos tenus devant la jeunesse du parti Ensemble pour la République, dont il est le coordonnateur national. Selon Jean-Claude Katende, défenseur des droits de l’homme et président de l’Asadho, les propos de Jacky Ndala étaient de nature à inciter à la violence et à la rébellion. Et pas plus tard que le lundi 02 août dernier, l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la Cenco, dénonçait les propos désobligeants d’Augustin Kabuya contre sa personne et contre le cardinal Ambongo, archevêque de Kinshasa. Ces propos de Kabuya seraient à la base des actes de vandalismes à l’archevêché de Kinshasa et à la résidence du cardinal par un groupe de jeunes non autrement identifiés.

Le discours de haine alimente le tribalisme

Actuellement, nos frères et sœurs du Kasaï sont victimes de discours xénophobes comme s’ils n’étaient pas des Congolais. Ce n’est pas parce que le chef de l’État actuel est du Kasaï que tous les Kasaïens le soutiennent. Aussi, dans tous les cas, chaque citoyen est libre de soutenir ou pas le régime actuel. Le désaccord ne devrait pas être une source de querelles et de divisions. Dans un pays démocratique, c’est tout à fait normal qu’il y ait une diversité d’opinions.

Cependant, malgré nos divergences politiques, nous sommes appelés à travailler ensemble pour l’unité de notre cher et beau pays, la RDC.

En fin de compte, le discours de haine, d’où qu’il vienne, menace gravement la cohésion et l’unité de notre pays, telles que prônées par la Constitution congolaise. De tels discours sont dangereux et finissent toujours par susciter des actes de violence et des conflits à grande échelle. Il revient à nous tous, sans distinction, de condamner fermement tout discours de haine.

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion