article comment count is: 5

Enerka ou l’électricité des riches à Mbujimayi

Je ne le dirai jamais assez : l’Energie du Kasaï (Enerka), société qui commercialise l’électricité à Mbujimayi, a intérêt à revoir sa stratégie de vente de courant à la population. Au lieu de se contenter des abonnements très coûteux que seule une poignée de riches peut se permettre, pourquoi ne pas baisser les prix et donner la chance à tout le monde ? Ce serait encore plus rentable pour la société dans ce sens qu’elle aura des milliers d’abonnés, plutôt que d’avoir un courant réservé aux seuls riches qui ne sont même pas nombreux. 

Il faut entre 800 et 1000 dollars américains pour être abonné à Enerka et avoir le courant dans votre maison à Mbujimayi. Et c’est sans compter le paiement mensuel. Je dis tout de suite que c’est trop cher pour les gagnepetits que nous sommes. Et c’est une insulte qu’en ce 21e siècle, le courant soit encore un luxe pour les habitants de Mbujimayi. Environ 80% de la population n’a pas accès à l’électricité faute de moyens. 

Si tu es pauvre, reste dans le noir 

Certains recourent aux bougies ou aux lampes torches de fabrication chinoise pour éclairer leurs nuits . Ils voient le courant à distance, chez les voisins plus riches ou qui ont un peu de moyens. Cela nous donne un sentiment d’être abandonnés  par l’Etat congolais. 

Nicolas, un jeune enseignant raconte sa difficulté : « Mon petit salaire ne me permet pas de payer le courant d’Enerka. Ça coûte trop cher. Parfois, pour préparer mes leçons la nuit, je vais profiter de la lumière du courant chez mon voisin qui est très gentil avec moi. Mais des fois ça commence à me gêner. Je demande aux autorités de faire en sorte que le courant soit à la portée de nos moyens. » 

Baisser le prix égal maximiser les recettes

Rendre le courant accessible à tous en fixant l’abonnement à 10 ou 20 dollars (plutôt que 1000 dollars), permettra à Enerka non seulement de satisfaire la majorité de la population, mais aussi de faire plus de recettes. Mbujimayi est une ville de plus d’un million d’habitants. Mais Enerka ne compte que 1700 abonnés. Le reste de la distribution passe par des raccordements frauduleux et dont les recettes vont dans des poches des individus. C’est donc un manque à gagner pour Enerka. 

Plus grave, ces raccordements frauduleux, souvent œuvre des jeunes gens non formés, ne respectent pas les normes de sécurité. Ils utilisent de minuscules fils électriques nus qu’ils accrochent sommairement aux branches d’arbres entre les habitations, sans aucune précaution. Conséquence : plusieurs cas d’électrocution à Mbujimayi. Mais ils ont beaucoup plus de clients, car c’est un courant bon marché, 8000 FC par mois (environ 4$) et sans abonnement préalable. 

À mon avis, Enerka gagnerait plus en donnant le courant à moindre coût, ce qui poussera la population à abandonner le courant de la fraude et à s’abonner massivement à l’électricité de l’Energie du Kasaï. 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Comment sont ventiles frais exigés par Enerka ? S’il y a des câbles, poteaux, connecteurs, … à fournir ça se justifie. La SNEL à Kinshasa nous exige de fournir tous les consommables et nous facture la main-d’œuvre et d’autres frais non déclarés. Ce n’est pas correct mais comme ça que fonctionne la RDC.

  2. C’est vraiment étonnant de lire et de constater que dans un pays comme la nôtre, une partie de notre population ne bénéficie pas de l’électricité et même ce qui m’étonne, où est passé la snel la société soi disant NATIONALE, qui n’arrive même pas à faire en sorte que toute la population de la RDC puisse bénéficier de l’électricité, pour moi je conseillerai à la snel d’enlever le mot  » NATIONALE » parce que quand on dit nationale cela veut dire que c’est pour toute la nation et non juste pour quelques provinces.