article comment count is: 28

Comment devenir officier dans l’armée congolaise ?

Beaucoup pensent que certains officiers de la police ou des Forces armées de la RDC n’ont pas étudié. C’est parce qu’au nom de la paix, de nombreux anciens miliciens illettrés ont intégré l’armée après plusieurs années de guerre. Mais je vous assure que beaucoup de nos officiers ont étudié. C’est ce qui m’a motivé à faire le service militaire. Je vous raconte mon histoire.

Je m’appelle Kairos. En surfant sur Facebook, j’ai découvert un jour une annonce sur le recrutement des jeunes de 18 à 25 ans dans l’armée congolaise. Une formation destinée aux officiers. J’ai décidé de participer au concours pour servir mon pays sous les drapeaux, mais pas comme un mauvais officier.

Je me suis renseigné et j’ai appris que l’académie militaire de Kananga était en quelque sorte l’université de l’armée. Une grande partie de l’élite militaire y a été formée et ceux qui en sortent ont de bonnes perspectives de carrière.

Le jour J

Après m’être fait inscrire au concours, je me suis présenté à l’Etat-major de la zone de défense. Des milliers d’autres candidats étaient présents et espéraient comme moi devenir officier. Après une belle exhortation pour nous motiver, nous avons été répartis dans des salles pour nos premières épreuves : français, mathématiques, dissertation et culture générale.

J’ai peut-être été souvent un enfant têtu dans ma vie, mais ce jour-là, j’ai remercié mes parents de m’avoir donné une bonne éducation et mis dans de bonnes écoles. Là dans la salle, j’ai vu comment les camarades étaient dépassés et avaient du mal à répondre aux questions. Certains n’étaient pas à la hauteur.

Le deuxième jour

Le test médical se passe la deuxième journée. Cardiologie, prélèvements sanguins pour déceler certaines maladies comme le Sida, l’hépatite… Les médecins insistaient beaucoup sur ceux qui avaient des « pieds plats ». Je n’ai jamais compris ce que cela voulait dire. Sans oublier les yeux, les poumons et la respiration. Ceux qui avaient bu pour « fêter » la fin de la première journée s’en étaient mordu les doigts.

Le troisième jour

On nous a présenté plusieurs figures et il nous fallait trouver des similitudes entre elles. J’apprendrais plus tard qu’on appelait cela « test psychotechnique ». Si vous pensez que le monolithe détruit à Kinshasa était un « triangle » occulte, je vous en prie, ne venez pas.

Le quatrième jour

C’est le jour où nos muscles ont été mis à l’épreuve.  La première épreuve appelée « coupe-air » consistait à faire la course autour d’un terrain de football en 12 minutes. Un vrai parcours du combattant. Puis est venu le sprint de 100 mètres sur une surface plate et 10 tractions de bras. Vu que notre instructeur était de mauvaise humeur ce jour-là, on en a fait 20. Et pour moi le plus pénible était de réaliser plus de 30 abdominaux en 10 minutes.

Après toute cette souffrance, je suis rentré chez moi. Yemen, un garçon sympathique et visiblement cultivé dont j’ai fait la connaissance le deuxième jour, m’a dit de rester alerte.

Proclamation

Deux mois après le test, les résultats ont été publiés. Dieu merci, j’ai été sélectionné. Mon père à pleuré de joie. C’est une fierté pour la famille. Je vais entrer à l’université. L’université de l’armée dans la faculté des sciences sociales et militaires. Yemen, mon ami de circonstance n’a pas réussi. C’est bien dommage ! Mais il a décidé de tenter sa chance à l’Ecole des Sous-officiers.

Je ne sais pas ce qui m’attend à Kananga. Je ne connais pas le Kasaï, sauf ce qu’on en dit à Kinshasa. Le départ est prévu dans quelques semaines.

La suite après mon arrivée.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (28)

  1. J’ai recemment participé au concours de recrutement de la FARDC qui etait en deux phases:la dissertation d’abord et culture générale,français…

  2. J’aime bien l’armée mais le problème était le salaire et comme l’armée congolaise était déjà politisé moi je voulais plus, mais moi j’aime bien la mère de la displine .

  3. Commentaire * Bonjour moi mon nom ce philipp-nery lumbala jesuis diplômé en pedagogie generale , je l’envie d’être oficier dans l’armée congolaise, quesque jepeut faire pour y être ?

  4. J’aimerai moi aussi venir et devenir officier militaire pour servir mon pays sous son drapeau.

    Depuis mon enfance je cultive cette passion de servir l’Etat congolais en optant pour comme domaine l’armée.

    Qu’est-ce que peut devenir un licencié de droit dans l’armée ???? Comment devenir un auditeur militaire ? Auditeur supérieur ?????

    Veuillez s’il vous plaît me répondre et j’ai besoin de votre motivation avant tout.

    Christian Mukasa Kitiem alias Kerime.
    Étudiant à l’université protestante au Congo (upc)/Kinshasa à la faculté de droit.

    1. Cher collègue juriste, il faut participer au concours national d’admission dont les résultats sont attendus d’ailleurs. Si tu es licencié en droit il faut faire le concours pour l’édition spéciale lorsque l’offre est lancée. Néanmoins, quant tu finis la formation, tu ne deviens pas automatiquement auditeur, car le besoin au conseil supérieur de la magistrature doit être exprimé. Seulement, c’est déjà un grand pas et une salle d’attente

  5. J’ai Besoin De Realisé Mon Reve De L’officier Millitaire Que Je Ne Cesse Jamais De Rever En Son Apropos Je Suis Diplomé En Nutrition Et Mon Numero De Contact Ce 0820787873 en cas de recrutement veuillez vraiment me signalez/m’alertéz jsuis dans la province du sud ubangi