article comment count is: 0

Formation du gouvernement : plus gourmand que le FCC tu meurs

Alors que le Premier ministre a été nommé, les tractations autour de la formation du gouvernement se poursuivent quelque part dans la province du Congo central. Les informations lues dans la presse me donnent à penser que le FCC, la plateforme de Kabila, tient mordicus à obtenir la part du lion dans le partage des postes avec son partenaire la coalition Cach du président Tshisekedi. Une gourmandise qui crée un certain climat de malaise quand bien même les différents responsables de ces deux plateformes rassurent que les tractations se déroulent dans une ambiance bon enfant.

On savait qu’en fin tacticien, Joseph Kabila avait tout mis en place pour s’assurer un avenir politique tout en quittant officiellement la présidence de la République. Avec plus de la moitié de députés à l’Assemblée nationale, ¾ de sénateurs, et une majorité des gouverneurs des provinces, l’ancien président réalisait presque le coup parfait. Mais quand arrive la formation du gouvernement, je me dis qu’il est nécessaire de contrevenir à la règle qui veut que le parti majoritaire rafle la plus grosse part du gâteau. En tant que chef de l’Etat, n’est-il pas normal que Félix Tshisekedi dispose de leviers importants au sein du gouvernement afin d’appliquer la politique pour laquelle il s’est engagé ? En tout cas, des leviers comme les ministères de l’Intérieur ou des Affaires étrangères devraient revenir à la famille politique du président.

Le bicéphalisme à la tête du pouvoir : un problème ?

Néanmoins, on ne peut pas dire que la posture du FCC tient simplement d’une manœuvre pour garder le contrôle du pouvoir. La loi fondamentale consacre un exécutif à deux têtes avec un président irresponsable devant le Parlement et un Premier ministre responsable devant le Parlement. Un bicéphalisme inspiré de l’organisation du pouvoir en France. Le FCC joue donc sur un terrain purement politique tout en ayant la loi avec lui. C’est de bonne guerre, dirions-nous.

Quels scénarios possibles ?

Loin de moi l’idée de faire de la politique-fiction. Mais au vu de ce qui a été remarqué jusqu’ici concernant les rapports entre le FCC et Cach, il y a fort à parier que le premier obtiendra quand même ce qu’il veut. Quitte à susciter l’émoi de tous ceux qui accusent Kabila de continuer à diriger le pays en sous-main. La politique ce n’est pas le monde des Bisounours. Décidément le FCC a fait sienne cette vision. Telle une bête insatiable, il se présente à la mangeoire avec la folle envie de se goinfrer de toute sorte de mets en attendant le prochain épisode du feuilleton politique à la congolaise.

Pendant ce temps, le peuple attend de voir un début de changement concret.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)