article comment count is: 3

Ne pas fouiner dans les crimes passés est une injustice Monsieur le président

Lors de son dernier séjour en Belgique, le président Félix Tshisekedi avait déclaré ne pas avoir le temps de « fouiner dans le passé ». En d’autres termes, il ne voudrait pas poursuivre les abus de l’ancien régime. Comment rendre alors justice aux victimes de différentes infractions et délits du passé ? Je ne fais pas allusion qu’aux cas de vols, de détournements ou d’enrichissements illicites, il y a aussi les homicides et les tueries. Qui rendra justice ?

Je pense que le président n’a pas pris une bonne décision. Je lui conseille absolument de fouiner dans les infractions et crimes imprescriptibles des anciens dirigeants congolais. C’est très important pour rendre justice à ceux qui en sont victimes. Sans justice, Monsieur le président, vous ne deviendrez jamais le meilleur dirigeant que vous cherchez à devenir durant votre mandat. Refuser d’inquiéter les responsables des crimes de l’ancien régime, les victimes d’injustice et leurs familles vous verront toujours comme la marionnette de Joseph Kabila. En d’autres termes, beaucoup seront toujours convaincus que vous protégez Kabila et ses lieutenants.

Ouvrir les enquêtes, une solution

Il y a des sujets dont il faut absolument que la justice s’occupe. Par exemple : les dossiers des Congolais impliqués dans des massacres à Beni, les crimes de la guerre de Kamuina Nsapu, de Bundu Dia Kongo, l’assassinat de Mzee Kabila, les détournements des deniers publics, le trafic illicite de minerais, les paradis fiscaux… ? Pourquoi ne pas ouvrir de vraies enquêtes et rendre justice au pays ?

Le cas de Rossy Mukendi, militant catholique pro-démocratie tué le 25 février 2018, mérite justice. Tout comme l’assassinat de Thérèse Kapangala, morte criblée de balles lors d’une marche pacifique contre le pouvoir de ce Kabila devenu aujourd’hui l’allié du président. Le dossier de Thérèse n’avance pas malgré la plainte portée contre le chef de la police. Floribert Chebeya, Fidèle Bazana, dossier Thambwe Mwamba dans l’abattage d’un avion à Kindu… la liste n’est pas exhaustive.

Je ne fouine pas dans vos passés, ne fouinez pas dans le mien ?

C’est mon opinion personnelle. En refusant de fouiner dans les crimes passés, Fatshi n’envoie-t-il pas un message du genre : « Attention. Je ne regarde pas vos affaires, et quand je partirai, n’osez pas regarder les miennes » ? Aujourd’hui avec l’affaire de 15 millions de dollars présumés détournés dans laquelle Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président est cité – et les enquêtes piétinent -, serait-ce une preuve que l’actuel locataire du palais de la nation ne voudra pas qu’on puisse un jour fouiner dans son propre passé une fois parti du pouvoir ? 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Suis aussi politologue résident en Ituri précisément à Bunia. J’approuve votre réflexion… Seulement d’une manière particulier je pense que le président à ces soubassements qui lui fait joue cette jurisprudence dans sa manière de remédier ces dossiers vu leurs complexités. On ne peut amélioré le future sans puisé du passé.