article comment count is: 5

A Goma, il faut être riche pour enterrer les vôtres

La mort ne choisit pas ses victimes : riches ou pauvres, tout le monde doit y passer. Mais un mort doit être enterré dignement. Pourtant, à Goma, par manque de place dans les cimetières et à cause de la pauvreté, les défunts sont privés des derniers hommages.

Dans le chef-lieu du Nord-Kivu, beaucoup de cimetières de l’Etat n’ont plus de place pour recevoir les morts. D’autres emplacements de cimetière sont vendus à des sociétés privées pour diverses activités. Et ces sociétés proposent parfois l’achat d’un terrain dédié aux morts à un prix exorbitant…

Les sociétés privées, un business de la mort

Avec le manque de place dans les cimetières de l’Etat et la vente de certains de ces cimetières, il semble qu’à Goma être enterré dignement est devenu un privilège des riches. Les personnes démunies se voient dans l’obligation d’aller enterrer leurs proches dans leur village natal. Pire, parfois ils abandonnent le corps à l’hôpital pour que celui-ci se charge de l’enterrement. Or, toute personne est censée pouvoir enterrer les siens dignement. Mais avec le prix exorbitant d’une tombe au cimetière, l’enterrement devient un casse-tête.

Les funérailles et l’enterrement sont pourtant un rite essentiel et unvisersel pour honrorer ceux ou celles qui nous quittent. Les sociétés privées qui gèrent les  cimetières à Goma doivent penser à ceux qui ont peu de moyens et offrir un tarif abordable à toute personne qui souhaite enterrer dignement les siens. Mieux encore, les services de l’Etat devraient jouer leur rôle de protection des pauvres et lutter contre la cupidité de ces sociétés privées.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Commentaire *Merci Josué pour ce bon texte et d’avoir interpellé nos autorités, laissons maintenant place à leurs consciences.

  2. Commentaire *Très bon texte mon frère Josué, j’espère qu’avec ça nos autorités seront conscient de résoudre ces problèmes qui touchent la vie sociale de nos paisibles Gomatraciens.