article comment count is: 0

Les Hackathons en RDC, à quoi ça sert ?

Un hackathon est une démarche créative: des personnes aux spécialités variées se mettent ensemble pour imaginer des solutions hors du commun sur un domaine donné. J’en suis venu au constat que les participants y apprennent davantage qu’ils ne l’imaginent.

Malheureusement, à Kinshasa par exemple, tout doit être motivé par l’argent. Beaucoup de jeunes perçoivent mal le bénévolat ou le travail dont ils ne tirent pas de profit immédiat et exigent une contrepartie pécuniaire pour toute activité, même celles dont ils sont bénéficiaires.

Hackathon, à quoi ça sert ?

Si l’idée semble séduire, la réalité peut très souvent cacher un château de sable ou pire, la caverne d’Alibaba. A propos des hackathons, le tout premier auquel j’ai participé remonte à 2016. Pendant trois jours, nous devrions mettre au point une application qui serve à résoudre l’un des multiples problèmes sanitaires auxquels la RDC est confrontée.

Trois vainqueurs étaient proclamés à la fin. Ils reçurent une enveloppe d’argent et des promesses. Depuis, je n’ai plus aucune nouvelle de ces lauréats.

Mon second hackathon s’est déroulé en 2017, cette fois, dans le domaine des médias d’informations.

Le hackathon vise à résoudre un problème précis, mêlant créativité, travail d’équipe et plus souvent, un savoir-faire technique.

Un marché d’idées gratuites ?

Après mon deuxième hackathon, j’ai gardé contact avec certains participants. Ils ont été contactés par des partenaires, séduits par leurs prestations durant les sessions de création accélérée. 

Sous l’encadrement des organisateurs, ils ont procédé à l’amélioration des aspects de leurs projets pour les rendre financièrement viables.

L’inquiétude, c’est quand l’un d’eux, découvre plusieurs éléments de son projet dans une entreprise nouvellement créée et présentée comme modèle dans les médias. Cette entreprise est même sponsorisée par le partenaire ayant organisé le hackathon.
Je ne suis pas, certes, en train de dire que les hackathons sont organisés pour piller les idées d’autrui. Je me dis simplement qu’on se contente trop souvent du buzz que cela génère, sans trop se soucier du suivi et de l’encadrement des projets qui en sortent.

Mais les hackathons sont utiles aux participants

L’exemple de projet détourné à l’issue d’une session de brainstorming à grande vitesse ne devrait pas occulter une réalité que je trouve certaine. Le profit qu’en tirent les participants. Mais si ce n’est pas souvent ainsi entendu par certains jeunes de mon pays qui veulent de l’argent immédiat.

Pourquoi les jeunes et les associations ne se mobilisent-ils pas pour soutenir les entrepreneurs et jeunes Congolais, afin qu’ils imaginent des solutions innovantes pour la sécurité à Beni, Bunia ou Butembo par exemple ? Cela peut aussi faire l’objet de sessions de brainstorming. Pourquoi ne pas aussi proposer une solution ou un concept innovant que l’Etat pourrait appuyer au lieu d’utiliser des solutions qui ne marchent pas ?

Organisez des hackathon sur les problèmes qui touchent au vécu des jeunes comme la sécurité, l’emploi, la santé ou l’éducation, c’est à mon avis, le point de départ d’une véritable synergie entre les privés, la société civile et l’Etat. Cela pourrait aider beaucoup à trouver de nouvelles opportunités. Puisqu’ils apprendront à s’inspirer des autres, à se faire confiance et à collaborer entre eux.

Et par pitié, ne parlez pas des moyens financiers comme prétexte pour ne pas le faire. Il y a des marches de santé qui coûtent plus chers que ça. Pourtant elles sont courantes dans nos villes au Congo. C’est juste de la volonté qu’il faut avoir en premier.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.