article comment count is: 0

La hausse des prix du maïs à Mbujimayi

Le prix du maïs n’a jamais été stable à Mbujimayi. Tantôt il augmente, tantôt il baisse. Ces derniers jours, les prix repartent à la hausse. Une mesure de trois kilos coute aujourd’hui 1400 FC, alors qu’hier, elle se négociait pour 1000 FC. 

La raison de cette flambée de prix est attribuée à la spéculation entretenue par des intermédiaires commerciaux qui pullulent dans le secteur. Ces intermédiaires sont communément appelés « diamani« .

Les vendeurs de maïs pointent du doigt la multiplicité de taxes pour justifier l’ascension des prix sur le marché. À cela s’ajoute l’approche de la période de soudure où généralement le maïs est rare et cher.

Faute à la négligence de l’agriculture 

Le maïs constitue l’aliment de base à Mbujimayi et dans toute la province du Kasaï-Oriental. Malheureusement, la population active a tourné le dos à l’agriculture. Elle ne s’intéresse qu’au commerce et à la recherche du diamant. C’est ce qui est à la base de l’insécurité alimentaire dans la province. 

Contrairement aux années 2008 et 2010, le maïs consommé actuellement à Mbujimayi est en majorité importé des provinces voisines du Lomami, du Kasai-Central et du Katanga. Pourtant, Mbujimayi avait réussi à juguler la crise du maïs pendant trois ans, lorsque la population avait décidé d’investir dans l’agriculture. 

Aujourd’hui, le mot d’ordre du gouverneur Ngoyi Kasanji décrétant l’agriculture  » priorité des priorités  » est passé aux oubliettes. Conséquences : Mbujimayi subit de temps en temps des flambées de prix du maïs, surtout en période de soudure. 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.