article comment count is: 0

Kinshasa : les habitants de Kindele manquent cruellement d’eau potable

Les quartiers Mabanga, Kindele, Plateau des professeurs, Q555 et d’autres encore à Kinshasa sont privés d’eau potable. Même chose pour les étudiants logés sur le campus de l’Université de Kinshasa. La Régie de distribution d’eau n’alimente plus cette partie de la ville depuis plus d’une année.

Dans ces communes de Lemba et Mont-Ngafula, les habitants de certains quartiers consomment l’eau des forages et se partagent quatre robinets seulement. La Régideso, société étatique de distribution de l’eau, n’assure plus l’approvisionnement d’eau courante dans ces quartiers depuis plusieurs mois. Du coup sur place, les populations doivent se battre pour trouver de l’eau à boire, alors qu’elles vivent en pleine capitale Kinshasa.

Dès 5 heures du matin, les habitants amènent des bidons au forage du professeur Nsuka et attendent l’heure d’ouverture pour acheter l’eau. Un bidon de 20 ou 25 litres se vend à 200 francs congolais. Celui de 10 litres à 100 FC. Ils viennent des quartiers Mabanga, Kindele, Plateau des professeurs… Ils n’ont pas de véhicules personnels pour transporter toutes ces charges. La majorité des personnes se déplaçant est constituée de filles. Pour amener leurs bidons d’eau, elles sollicitent les chauffeurs des taxi-bus et paient entre 200 et 300 FC le bidon. Certains étudiants et habitants du quartier Q555 paient 500 FC par bidon de 20 ou 25 litres aux gens qui les aident à transporter jusqu’à leurs domiciles.

Des robinets à sec

Depuis mai 2017, aucune goutte d’eau ne coule dans ces quartiers. Parfois, la population envahit les pompes des étudiants à l’université où l’eau ne coule qu’une fois la journée. Ce qui est souvent à l’origine de disputes entre étudiants et populations.

Représentez-vous que nous ne sommes pas dans un village du Congo profond : on est bien en pleine ville de Kinshasa ! « L’eau, c’est la vie », mais beaucoup de compatriotes en sont privés et cela même dans la capitale. Que dire du reste du pays ! Dans cette partie de Kinshasa, l’eau est devenue une denrée rarissime et un casse-tête pour la population. Elle coûte plus cher que le « zododo » (boissons alcooliques à bas prix). Il est inconcevable que la RDC, avec son fleuve Congo (le deuxième au monde par son débit), ses affluents, ses rivières, ses ruisseaux et sources, puisse manquer de l’eau à donner à ses habitants. L’eau courante devrait donc être à la portée de tous les ménages.

 


Vous pouvez lire aussi : La vente d’eau en bidon, un nouvel emploi à Mbujimayi

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.