article comment count is: 0

Laissez les gens marcher, c’est leur droit en démocratie

Sous prétexte de Covid-19, les autorités congolaises ont pris l’habitude d’écraser systématiquement les libertés publiques. Elles ont interdit la marche pacifique prévue aujourd’hui par la coalition Lamuka de Martin Fayulu. Une interdiction qui contraste avec l’Etat de droit prôné par le président Félix Tshisekedi.

Depuis son arrivée au pouvoir, Félix Tshisekedi tolère difficilement les manifestations pacifiques qui lui sont hostiles. Qu’elles viennent des partis politiques de l’opposition ou des mouvements citoyens, les manifestations sont souvent réprimées par la police. C’était le cas en 2019, en 2020 et c’est encore le cas en 2021.

Alors que Martin Fayulu et ses partisans veulent descendre dans la rue ce mercredi 15 septembre pour exiger la dépolitisation de la Céni, la marche est déjà interdite par le régime.

« La police va disperser tout attroupement de plus de cinq personnes »

L’un des bourreaux des libertés publiques à Kinshasa c’est le commissaire de la police, le général Sylvano Kasongo. Avec lui, même les ordres manifestement illégaux des autorités, il exécute. « La population doit vaquer à ses occupations. Tout attroupement de plus de cinq personnes sera dispersé par la police », a déclaré le général Kasongo.

C’est le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, qui a interdit la marche pacifique de Lamuka en prétextant le risque de propagation du coronavirus. Il est clair que cette interdiction est politique, car les restrictions anti-Covid ont déjà été assouplies par le chef de l’État. Les bars, les marchés, les églises ouvrent malgré leur promiscuité. L’UDPS organise régulièrement des matinées politiques avec des milliers de ses militants sans que personne ne parle de propagation de Covid-19.

UDPS pas différente du PPRD ?

Je suis étonné de voir l’UDPS au pouvoir aujourd’hui reproduire les mêmes méthodes condamnables de l’ancien régime du PPRD. Je pense qu’il faut laisser les Congolais qui le souhaitent marcher, tant que la marche est pacifique. C’est leur droit en démocratie. L’UDPS doit éviter de faire exactement ce qu’elle reprochait au PPRD sous le régime de Joseph Kabila.

D’aucuns diront que c’est Gentiny Ngobila et non l’UDPS. Oui, mais cela se passe sous le régime de Félix Tshisekedi.

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion