article comment count is: 1

Le Congo tel que le souhaite Félix Tshisekedi

Les prisonniers politiques, c’est bientôt fini au Congo, annonce Félix Tshisekedi. Le président souhaite également mettre fin à l’exil d’acteurs politiques, à l’exemple de l’opposant Moïse Katumbi qui a obtenu récemment son passeport congolais. Une actualité de la semaine abondamment commentée par les médias congolais.

Samedi 2 mars, le nouveau président, Félix Tshisekedi, a présenté son programme urgent pour ses 100 premiers jours au pouvoir. Mettant en lumière l’esprit d’ouverture politique dans le discours présidentiel, Politico titre : « Libération des prisonniers politiques dans les 10 jours, promet Félix Tshisekedi. » Il note que le chef de l’Etat « a décidé de faire de la décrispation [politique] un objectif prioritaire durant les 100 premiers jours de son mandat ».

« Libération des prisonniers politiques : Félix Tshisekedi promet de prendre une mesure de grâce présidentielle dans dix jours », titre également Cas-Info. Une libération que le président veut « sans conditions ». Et à propos des exilés politiques, note le média, « le président de la République promet de créer des conditions pour le retour au pays de ses compatriotes »

Le retour d’exilés : Katumbi obtient son passeport

La même semaine, la toile a beaucoup commenté l’annonce d’une délivrance de passeport à l’opposant Moïse Katumbi, en exil en Europe depuis 2016. « Moïse Katumbi retrouve son passeport biométrique », écrit Le Phare de Kinshasa qui y voit une mesure de décrispation plusieurs fois demandée par les organisations de la société civile et les partis politiques depuis 2016. Le journal rappelle ainsi ce qui s’était passé cette année-là, lorsque Katumbi démissionnait du gouvernorat du Katanga et du PPRD le parti du président Kabila. « Moïse Katumbi  avait été accusé d’avoir recruté des mercenaires américains. Il aura fallu qu’il tombe malade, pour qu’il  trouve, in extremis, une issue aux fins d’aller se faire soigner à l’étranger. Et, depuis […], l’homme n’a plus eu la possibilité de fouler le sol congolais, ni de retrouver ses fermes », rappelle Le Phare.

Malgré cela, on peut lire dans les colonnes de Le Potentiel, plus optimiste : « Loin de la polémique post-électorale », c’est « le rêve d’un Congo plus beau qu’avant » qui est sur le point de se réaliser, en se préoccupant d’amener le peuple congolais à dresser son front pour bâtir un pays plus beau qu’avant ». 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.