article comment count is: 4

Lettre de mission au futur chef de l’Etat

En attendant la validation des candidatures des présidentiables, je me permets de présenter mes attentes en tant que jeune Congolais à celui qui remportera l’élection du 23 décembre prochain.

Cher futur président de la République,

Je vous adresse mes attentes en tant que jeune Congolais. Avant toute chose, je me dois de vous remercier pour le dépôt de votre candidature à l’élection présidentielle. Cela témoigne peut-être de votre souci de changement de gouvernance dans ce pays scandaleusement riche mais avec une population extrêmement pauvre.

Vous savez que vous aurez à assumer la plus haute fonction de l’État. J’espère que vous ne serez pas comme vos prédécesseurs qui ont fait de nous de simples victimes de promesses mensongères. Puissiez-vous cette fois-ci, par vos actions, entrer dans l’histoire de notre chère patrie !

Notre espoir est tourné vers l’avenir et nous comptons sur vous. J’espère que votre plan d’action portera tous les espoirs d’un peuple congolais meurtri mais renaissant, dans ce contexte de mondialisation où « le rendez-vous du donner et du recevoir » est le maitre mot.

Ainsi, votre rôle dans cet univers devra consister en la refondation de l’Etat congolais. Sans vous mentir, vous allez hériter d’un Etat en situation de non-Etat. Je vous recommande donc, aussitôt élu président, d’œuvrer à la régénération et à la mobilisation de toutes les énergies, en impliquant les Congolais de tout âge pour remettre l’Etat sur les rails. Mettre un accent particulier sur le potentiel des jeunes et de la femme serait un atout majeur, vu que les vieux qui nous ont gouvernés jusqu’ici ont prouvé leurs limites.

Il faudra renouveler les choses et redonner à l’Etat son vrai statut fédérateur de tous les Congolais. Ne nous faites pas surtout revivre une situation où un père fait étudier son fils et une fois diplômé, le fils revient demander le boulot à son père. Comme si le père  était la République. Ayez à l’esprit qu’une jeunesse qui trouve l’emploi sera épargnée de tout risque de manipulation, qu’elle vienne des politiciens, des groupes armés ou de toute autre bande criminelle.

D’autres défis sur lesquels vous devrez vous appesantir sont, entre autres, l’injustice, la faim, l’électricité, l’eau, les épidémies, les infrastructures et la lutte contre la corruption qui s’est érigée en système dans notre pays. Bref, en associant la jeunesse et les femmes à votre action, vous vous assurerez que le socle de votre mandat respectera la trilogie bonne gouvernance-démocratie-respect des droits de l’homme.

 


Vous pouvez lire aussi : Lettre ouverte au président Kabila

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. J’ai beaucoup aimé cet article et j’aimerais ajouter aussi :Pour le profil du futur président : Il doit être un homme ou une femme capable d’unir tous les congolais à une seule cause qu’est le développement de la RDC ; il doit être capable d’engager la RDC dans la voie de la démocratisation entamée depuis 1990 et soutenir l’impartialité de trois pouvoirs reconnus : législatif, exécutif et judiciaire. Le futur président doit être très communicatif et sensible aux questions qui touchent la survie du congolais moyen. Le futur président doit être capable de donner des exemples dans tous les domaines de la vie sociale et économique. Le futur président doit pouvoir disposer d’un minimum vital et d’une légitimité incontestable.

  2. J’aime cet article j’aimerais ajouter aussi quelque chose : Pour le profil du futur président : Il doit être un homme ou une femme capable d’unir tous les congolais à une seule cause qu’est le développement de la RDC ; il doit être capable d’engager la RDC dans la voie de la démocratisation entamée depuis 1990 et soutenir l’impartialité de trois pouvoirs reconnus : législatif, exécutif et judiciaire. Le futur président doit être très communicatif et sensible aux questions qui touchent la survie du congolais moyen. Le futur président doit être capable de donner des exemples dans tous les domaines de la vie sociale et économique. Le futur président doit pouvoir disposer d’un minimum vital et d’une légitimité incontestable.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.