Localité de Vitshumbi au Nord-Kivu : une enclave de pêche désertée par le poisson

Si rien n’est fait rapidement, la localité de Vitshumbi, à 120 km au nord de Goma, risque de perdre sa valeur en tant que pêcherie. L’activisme des groupes armés sur le lac et la pêche illicite ont ruiné cette enclave. Et le poisson y est devenu une denrée rare.

Au Nord-Kivu, la localité de Vitshumbi a toujours rimé avec poisson frais, naturel et bio. Mais les choses ont changé. Monsieur Jazz, un sexagénaire vivant à Vitshumbi exprime sa déception : « Les gens venaient de partout au Nord-Kivu pour prendre leur repos ici à Vitshumbi et s’approvisionner en poisson. En ce temps-là, cette enclave de pêche était en plein essor, car une pirogue pouvait capturer jusqu’à 1 500 poissons et tout semblait facile. Un poisson moyen coûtait localement 500 FC (0,3 dollars) ou 700 FC (0,4 dollars) pour le plus cher. Mais aujourd’hui ce n’est plus le cas. »

Aujourd’hui cette enclave de pêche n’est plus que l’ombre d’elle-même. La raison : la pêche illicite qui s’y est développée. Elle est favorisée par des milices armées Maï-Maï installées dans les zones de reproduction des poissons appelées frayères, en plein parc national des Virunga.

Les pêcheurs, aujourd’hui sans rendement, sont  tout le temps tracassés par ces milices qui leur font payer des taxes illégales et leur extorquent des biens. Les réserves halieutiques sont en train de s’épuiser. Sylvain Nganduli, directeur administratif de la fédération des comités de pêcheurs individuels du lac Edouard, déplore cette situation : « Aujourd’hui on peut difficilement attraper 50 poissons. Conséquences : le prix du poisson a augmenté. Un poisson de grande taille coûte désormais 2000 FC (1,4 dollar) localement. »

La vie coûte désormais très cher à Vitshumbi. 1,4 dollar américain pour un poisson, c’est trop onéreux pour des villageois qui ne vivent que grâce à la pêche. Pas étonnant que de nombreux pêcheurs aient abandonné leurs pirogues pour prendre la houe et sont allés cultiver dans les villages montagneux sur la rive-ouest du lac Edouard. Et en cultivant sur cette zone, ils détruisent le corridor écologique dans le parc des Virunga.

La réputation de Vitshumbi est ternie. Désormais, la malnutrition y gagne du terrain et les enfants désertent les écoles, parce que les parents n’ont pas de moyens pour payer leur scolarité. Le lac ne sert plus que d’espace de jeu pour les enfants ou de source d’eau pour le village.

Ceci n’est qu’une parfaite illustration des problèmes liés à la gestion des ressources naturelles en République démocratique du Congo. À Vitshumbi, certaines autorités jouent aussi le jeu des destructeurs de cet écosystème en collaborant avec certaines milices.

Depuis deux mois, les Forces armées de la RDC mènent des attaques pour éradiquer tous les mouvements rebelles de cette zone. Cela aidera peut-être à redonner du souffle à cette enclave, et à lui faire retrouver sa grande renommée.

Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 réflexions sur “ Localité de Vitshumbi au Nord-Kivu : une enclave de pêche désertée par le poisson ”

  1. C’est une des difficultés auxquelles le Congolais fait face quotidiennement. La conséquence de ce problème se fait sentir aujourd’hui dans l’agglomération de Kiwanja, si bien que le prix du poisson a augmenté sensiblement. Que faire?

  2. l’organisation non Gouvernemental Volontaire Environnement sans frontiere (VESF) est entre de mettre a place un mecanisme de lutte contre cette echec qui rend la vie difficile a la population de Vitshumbi.
    les ressources haleuatiques du lac Eduard est plus comestible dans la province du nord et sud-Kivu, nous devons tout faire pour n’est pas perdre cette fierte que notre lac Eduard.
    nous devons lutte contre Nous devons lutter contre la pêche illicite
    L’activité de pêché fait la fierté de la localité de vitshumbi