article comment count is: 1

Pourquoi je ne crois pas à la médecine traditionnelle ?

Je ne nie pas l’existence d’une vraie médecine traditionnelle africaine qui guérit même les maladies les plus graves. Seulement voilà, les Congolais en abusent trop maintenant. Coincés par une extrême pauvreté, ils développent toute sorte de talent pour survivre. Certains n’hésitent pas à s’improviser tradipraticiens parce qu’ils savent que n’importe qui (qui est gravement malade) sera prêt à tout donner pour recouvrer sa santé. Un jour, j’ai démasqué l’arnaque d’un « médecin » traditionnel. Je vous raconte.

A Mbujimayi, il suffit de vous brancher sur n’importe quelle radio pour écouter la publicité des hôpitaux dits traditionnels. On sait que tous prétendent guérir toutes les maladies du monde. L’un d’eux s’appelle « docteur muntu nzambi » (docteur homme-Dieu). Il affirme être « capable de guérir au total 389 maladies ». Il ajoute qu’il « soigne le VIH/Sida en seulement 21 jours » !

Pour épater leurs clients, ces tradipraticiens disent qu’ils partent chercher leurs plantes médicinales en forêt équatoriale, auprès des chefs des pygmées. D’autres prétendent que les esprits de leurs ancêtres leur révèlent des plantes médicinales en songe ou en vision… Mais non ! Ce sont des charlatans pour la plupart. Et ce sont des médicaments modernes frauduleusement qu’ils utilisent. Voici comment j’ai découvert l’un d’eux.

Leurs malades pensent être réellement guéris, mais…

Un de mes voisins était tombé gravement malade. Fièvre persistante, maux de tête, vertiges… Il a cru aux publicités qui passaient à la radio et il s’est rendu dans un de ces centres de médecine traditionnelle. On lui a prescrit une décoction à prendre matin, midi et soir. Au deuxième jour de la cure, il disait « se sentir déjà un peu mieux », preuve que la médecine traditionnelle est en train de le guérir petit-à-petit.

Or, moi je savais ce qu’il ne savait pas. J’ai surpris l’homme qui était son tradipraticien dans une pharmacie d’un ami. En ma présence, il a acheté 3 plaquettes de quinine, cinq paracétamols, et d’autres médicaments encore.

Mon ami pharmacien me dit que cet homme est l’un de ses meilleurs clients. Il vient toujours autour de 21 heures ou 22 heures pour faire ses achats. Et pourquoi toujours à ces heures-là ? Moi j’ai compris : c’est pour ne pas être vu par ses clients. Quel est donc ce tradipraticien qui le jour chante à la radio qu’il soigne efficacement ses malades grâce à des plantes de la forêt équatoriale, et la nuit va furtivement acheter des médicaments en pharmacie moderne ? C’est cela l’arnaque.

Il prend simplement ces quinines et paracétamols et les mélangent à du citron ou à du jus d’un fruit quelconque pour que ça change de couleur et ait un autre goût. Et quand il donne le breuvage au malade, celui-ci croit qu’il est guéri par « les plantes des pygmées », alors que ce sont des médicaments modernes.

C’est alors que mon ami s’est souvenu qu’un jour cet homme avait acheté plusieurs capsules de chloramphénicol. Et sur place, il a mélangé cela avec un liquide rougeâtre qui n’était que du jus de tomate. Et oui. J’imagine que quand il va donner cela à un malade et que ça stoppe la diarrhée, on dira que ce sont des plantes de la forêt équatoriale ! Voilà pourquoi je ne peux plus faire confiance aux médecins traditionnels. Beaucoup sont des charlatans.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)