Politique

Journée école morte : une polémique honteuse

La dernière trouvaille de l’opposition politique congolaise pour contraindre le président Kabila à respecter la Constitution et quitter le pouvoir après son deuxième et dernier mandat constitutionnel a surpris plus d’une personne. Une potion magique hors du commun : « journée école […]

Société

Malumalu, repose en paix !

L’abbé Apollinaire Malumalu Muholongu, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), a été inhumé à Butembo au Nord-Kivu, ce 18 juillet. A ses funérailles la température est montée d’un cran en ville. 

Société

Sur les traces de l’abbé « Apollinaire Malumalu »

Prêtre du diocèse catholique de Butembo-Beni, l’abbé Malumalu a défrayé la chronique ces derniers jours après sa mort. Je suis allé à la rencontre de ceux qui ont grandi avec lui. Rien ne semblait prédestiner cet enfant timide, qui a eu le mérite de proclamer le premier président démocratiquement élu en RDC, à un destin si brillant.

Politique

Coup de gueule pour les morts de Beni

« Le sang coule sur le territoire de Beni : arrête ce génocide ! ». C’est un cri du cœur que lance le père Gaston Mumbere, prêtre de la congrégation des augustins de l’assomption, dans une lettre ouverte à Joseph Kabila.

Société

L’incorruptible recteur de l’Université de Béni

Depuis bientôt neuf mois, Muhindo Mughanda, recteur de l’Université officielle de Semuliki à Béni, mène une lutte effrénée pour rendre ses lettres de noblesse à l’établissement, n’hésitant pas à limoger des enseignants pour mauvais comportements.

Politique

La confiscation du paysage médiatique en RDC

Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu, abrite une dizaines de médias. Curieusement, la majorité de ces maisons de presse, pour ne pas dire toutes, sont partenaires du pouvoir en place. Ceci constitue une impasse à l’expression de l’opinion de l’opposition et de la société civile.

Politique

La seconde vie du 16 février en RDC

24 ans après la répression sanglante de la marche des chrétiens, l’opposition rêve d’une révolution alors que le processus électoral patine. Pour cela, elle a appelé à une journée « ville morte » sur l’ensemble du territoire. Les résultats diffèrent d’une ville à l’autre.