article comment count is: 1

Les Léopards à la CAN : mea culpa footballistique peu convaincant

« Il ne faut pas s’excuser, il faut se faire pardonner ». Tel semble être le sentiment des supporters congolais de football qui attendent les Léopards chicotés au tournant du prochain match…

Non, la vidéo qui fait le buzz en République démocratique du Congo n’est pas la captation d’un culte religieux. On y voit pourtant des Congolais en rang d’oignon, têtes baissées, mains jointes ou bras croisés, en train de réciter un discours qui a tout d’un acte de contrition chrétienne. « On a fauté », s’autoflagelle le capitaine Youssouf Mulumbu, puis Chancel Mbemba, porte-parole du jour des Léopards qui ressemblent à des matous pris en défaut, la queue entre les jambes.

Perdre le match, pourvu qu’on s’excuse

Le dernier élément fédérateur du patrimoine congolais -son équipe nationale de football- vient de trébucher contre de modestes Ougandais, dès le début de la Coupe d’Afrique des nations égyptienne. Seule vraie-fausse excuse dans la besace des pénitents : le manque d’entraînement, la veille du match, à cause de problèmes médico-administratifs.

Si la défaite suscite une demande de pardon surjouée, c’est que le casting 2019 de la RDC – Cédric Bakambu, Yannick Bolasie, Marcel Tisserand ou Chancel Mbemba- alléchait plutôt les fans, tandis que les Grues ougandaises n’avaient pas signé de victoire en Coupe d’Afrique des Nations depuis 1978. C’est pourtant bien les challengers qui ont battu deux à zéro, samedi, des favoris contraints de se confondre en excuses publiques.

L’Égypte, une autre montagne à déplacer

Après le choc de la défaite, les fans en colère ne semblaient guère prêts à exaucer la demande de pardon des joueurs. Si la nouvelle formule de la CAN offre plus de perspectives de survie à la phase de poule en cours, l’optimisme n’est guère de mise, les Léopards devant affronter, ce mercredi, une Egypte hôte très en confiance, avant le Zimbabwe dimanche.

De la confiance plus que des excuses, c’est justement ce que les footballeurs repentants ont en fait quémandé sur la vidéo virale. « On a besoin d’unité », « il reste deux matchs, on a encore besoin de vous », a asséné un Mulumbu promettant de retenir la « bonne leçon » de la contre-performance et de « rectifier le tir » grâce à des entraînements volontaristes.

La saison des demandes d’excuses en RDC

Attention : si le principe panem et circenses (du pain et des jeux) a souvent réussi à anesthésier la déprime congolaise, une interruption brutale des jeux footballistiques en cours pourrait conduire les adorateurs du foot à se défouler dans l’arène politique. De nombreux mois après l’investiture du président « diesel » Félix Tshisekedi, l’ambiance politicienne est toujours morose, voire tendue, que ce soit du côté d’une hétéroclite coalition au pouvoir ou du côté d’une opposition divisée. Alors que le nouveau retour au pays de Jean-Pierre Bemba suscitait des tensions, ce dimanche, « Fatshi » participait à une « journée nationale d’action de grâce », au stade des Martyrs, et demandait pardon, « au nom de toutes les autorités anciennes comme présentes (…)  pour le sang des innocents (…) versé intentionnellement ou par de simples erreurs ».

Décidément, la saison est aux demandes d’excuses publiques…

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)