article comment count is: 3

Repasser des vêtements pour devenir pilote

Contrairement à 78% des jeunes Kinois qui vivent dans l’oisiveté ;  Hugues Lyombo s’est transformé en entrepreneur. Son service est plutôt innovant : il repasse des vêtements à domicile.Comment fait-il pour supporter les moqueries ? d’où lui est venue cette idée ? Hugues Lyombo nous relate son histoire. 

Une enfance difficile

Né à l’Equateur, une province de la RDC, Hugues est, dès les débuts de son parcours terrestre, abandonné par son père. Avec sa mère, ils se retrouvent un peu par hasard à Kinshsa. « Maman travaillait comme femme de ménage dans plusieurs maisons. Actuellement, elle est sans emploi, alors je ne peux pas rester les bras croisés », me dit-il, avec un ton plutôt serein, en bon « chef » de maison.

Du courage

Dans un pays où seulement 2 à 4% de la population totale active trouve de l’emploi, Hugues prend son courage à deux mains et réfléchit à ce qu’il pourrait faire. Beaucoup de jeunes Kinois se contentent de dire : « Misala eza te na mboka» (il n’y a pas de boulot au pays) et s’enivrent des boissons alcoolisées. « Na mela, na langwa, etali mutu pe te » (que je boive, que je m’enivre car car ma vie n’intéresse personne ), crie un jeune de mon quartier qui passe ses journées à s’alcooliser en espérant que le boulot viendra le trouver sous l’ébriété. 

Pour expliquer la genèse de son innovation, Hugues m’en parle en ces termes : « j’ai scruté mes compétences et j’ai discerné que je savais bien repasser, alors je m’y suis mis et j’ai publié quelques photos sur mon compte Facebook. Les gens ont aimé ce que je faisais. C’est de là que tout est parti ». Au quotidien, ce courageux entrepreneur fait face aux moqueries lorsqu’il explique son travail, d’ordinaire réservé aux femmes. Mais Lyombo ne se laisse pas faire. « Il n’y a pas de honte à travailler mieux vaut ça que mendigoter ». 

« Ce travail, je le fais pour avoir de quoi subvenir à mes petits besoins quotidiens et aider ma mère du mieux que je peux… ». Hugues Lyomboa a aussi un rêve : devenir pilote d’avion. Et il s’en donne les moyens puisqu’il suit également des études d’aviation civile. « Je crois que j’y arriverai un jour peu importe les obstacles ». La vie appartient aux courageux, disent les kinois.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. L’une des capacités dans la vie, a réaliser ses rêves dépend de la manière dont on prend « les ont dit »dit des gens et ce qu’on en fait.courage bro…in God we trust

  2. courage mon frere. il n’y a pas de saut metier il n’y a que les personnes qui se different. il n’y a pas de honte a mon avis…

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non