article comment count is: 1

#16jours : Violée enfant, elle est rejetée le jour de son mariage

Lune est une femme réservée. De toute sa vie, elle n’a jamais eu de relations sexuelles avec un homme. C’est du moins ce qu’elle sait ! Sur le campus, elle rencontre Henri, c’est un scientifique et son assistant. Après de longs mois d’abstinence, les deux amoureux se marient. Henri est impatient d’être le premier à partager l’intimité de Lune qui est vierge. Mais les choses tournent au vinaigre quand Henri découvre que Lune n’a pas d’hymen. La  nuit de noces se transforme en nuit de procès ! Qui t’a déviergée Lune ?

C’était le soir de mon mariage. Henri et moi devions aller nous coucher, enfin nous coucher quoi ! « Toute ma vie je me suis gardée pour un seul homme ; et Henri était cet homme-là. J’étais curieuse et impatiente de découvrir ce que c’était d’être avec un homme. Mais je ne me doutais pas du malheur qui m’attendait ! », se souvient Lune d’un air bien triste.

Il est presque minuit, et l’heure de la nuit de noces est arrivée. C’est la première fois que je vais partager mon intimité avec un homme. Je suis vierge. Henri et moi, nous nous sommes beaucoup contenus depuis notre rencontre. Finalement, l’heure de l’amour a sonné. Oui, l’heure de vivre l’amour dans notre chair. Il est heureux et fier d’être le premier à me connaître, je peux le voir dans ses yeux et le sentir dans le battement de son cœur.

Déshabillés, nous avons dépassé les préliminaires quand soudain mon mari s’exclame avec énervement : « Mais tu n’es pas vierge ! ». Henri quitte aussitôt le lit et reste debout devant moi, ses mains sur ses hanches. Il me regarde dans les yeux.

– Lune, tu m’as dit que tu es vierge et j’ai payé la dot en fonction de cette affirmation.

– Je n’ai jamais connu d’homme, je te jure que tu es le premier. Je me suis gardée toute entière pour toi mon amour. Mais  je ne comprends pas pourquoi il n’y a aucun signe de virginité.

Tu me déçois Lune, que dirais-je à ma famille ? Notre tradition exige que le matin nous puissions exposer les draps blancs tâchés de sang comme preuve de virginité. Tu me dégoûtes. Demain matin, prends tes affaires et rentres chez toi ; et oublie moi ! Sale hypocrite ! 

Je dois vite passer en revue tous mes souvenirs pour en sortir un seul fait susceptible d’expliquer l’absence de l’hymen dans mon appareil génital. Et à ce moment-là, un souvenir amer a refait surface alors que je l’avais enterré depuis plus de 20 ans.

Des larmes chaudes coulent de mes yeux au même moment que la morve qui s’échappe de mes narines quand je dois faire revivre ces événements que j’avais enterrés sans jamais vouloir les ressusciter un jour. Mais c’est décidé, je dois tout lui dire pour sauver mon couple :

– Henri, d’aussi loin que je puisse me souvenir, je pense qu’un monsieur a abusé de moi lorsque j’avais 8 ans. Il  s’appelait François, notre lavandier. Plusieurs fois, en l’absence des parents, il a enlevé ma culotte et m’a palpé le vagin avec ses doigts. J’avais très mal et je saignais. J’étais paralysée par la souffrance que je vivais… Mon seul souhait était celui d’oublier ces moments. J’avais peur d’en parler aux parents car papa François, comme nous l’appelions, m’avait dit que personne ne me croirait, et qu’il me tuerait si je racontais cette histoire à qui que ce soit. Toute ma vie je me suis battue pour effacer ces souvenirs épouvantables, ces longues minutes de déshonneur que mon être a subi. Ma vie n’a plus jamais été la même après. C’est ainsi que j’ai toujours été timide et que je ne me laisse presque jamais approcher par les hommes. Mais là je réalise que j’ai eu tort. Je n’aurais pas dû garder ce silence. Je ne l’ai jamais voulu. Je n’étais qu’une enfant… Je n’étais qu’une enfant Henri.

– Et alors ! Va chercher ton papa François. Il sera sûrement heureux de t’épouser, lui qui t’a tellement désirée depuis ton enfance.

Pour Henri, mon hymen et le sang qui devait tacher ces foutus draps blancs sont plus importants que tout ce que je viens de lui dire. Son honneur et celle de sa famille comptent plus que ma vie !

La nuit est longue. Je n’arrive pas à dormir. J’espère qu’Henri revienne sur sa décision le matin. Hélas ! Le lendemain matin, il  jette mes affaires dehors, moi y compris. Depuis, je suis retournée chez mes parents. Et il ne m’a plus jamais cherchée. Tout cet amour construit au fil des années n’était donc qu’un château de cartes. J’avoue que le mariage ne me dit plus rien aujourd’hui. Et l’amour, je n’y crois plus !

Lune a été victime de viol à plusieurs reprises dans son jeune âge. Son histoire aurait peut-être été différente si elle avait eu le courage de dénoncer ces actes criminels. Malheureusement pour elle, elle a gardé le silence pendant beaucoup trop longtemps. Désormais, le violeur court en toute impunité et la vie de Lune, la victime est devenue très compliquée.

 

PS : Ceci est une fiction basée sur une histoire vraie.

 


Vous pouvez lire aussi :

#16jours : Le macho congolais, espèce menacée ?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.