article comment count is: 0

Goma : les visites aux prisonniers sont payantes

La prison centrale de Goma est l’une des plus réputées dans le pays en matière de tracasseries. Pour rendre visite à un frère, une sœur ou une connaissance, il faut payer  entre 500 et 2000 francs congolais, c’est selon le statut ou le rang social du détenu.

Dans cette prison, ceux qui ne peuvent pas payer le montant exigé rentrent chez eux avec les repas destinés à leurs frères détenus. C’est à se demander si les prisonniers n’ont plus droit aux visites de leur famille.

Pas d’argent, pas de visite

Le 25 décembre 2016, je rendais visite à un ami détenu dans la prison centrale de Munzenze. À ma grande surprise, les tarifs des visites avaient été revus à la hausse, parce que c’était le jour de Noël. Etant donné le rang de «VIP» qu’avait mon ami dans cette prison, j’ai dû payer trois mille francs congolais pour le voir. Deux autres personnes qui venaient surement pour des prisonniers ordinaires ont payé 1000 FC chacune.

Le comble, c’est quand j’ai vu deux jeunes filles rentrer avec leur panier de nourriture, alors qu’elles venaient rendre visite à leur père prisonnier. Les gardes les ont obligées à aller chercher 800 francs congolais pour avoir le droit d’entrer.  

Cette prison de Munzenze, construite pour accueillir 150 détenus, en abrite aujourd’hui plus de 2000. Seuls les détenus les plus forts ou les plus riches accèdent à la nourriture. Ce qui est contraire à l’article 62 de l’ordonnance-loi n° 344 du 17 septembre 1965 relative au régime pénitentiaire qui stipule : « Les détenus font trois repas par jour. » C’est donc illégal de faire payer les visiteurs qui apportent de la nourriture à leurs proches.

Le droit de visite est reconnu même aux condamnés

Selon le Haut-Commissariat des Nations-unies aux droits de l’Homme, « les détenus doivent être autorisés, sous la surveillance nécessaire, à communiquer avec leur famille et ceux de leurs amis auxquels on peut faire confiance, à intervalles réguliers tant par correspondance qu’en recevant des visites ».

Dans la prison de Munzenze, nombreux sont les prévenus en détention provisoire. Chose que rejette Patrick Mukendi directeur de cette prison.

L’État congolais ferait mieux d’améliorer le traitement des agents pénitenciers pour mettre un terme à ces tracasseries. Il devrait aussi les soumettre à des formations et leur donner des notions de base sur la loi carcérale congolaise. Rappelons enfin que les visites dans nos prisons sont nombreuses car l’administration ne pourvoie pas aux besoins alimentaires des détenus comme elle est censée le faire.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.