Politique

Non, Francine Muyumba n’est pas Burundaise

Le 19 janvier 2018, l’Union africaine rejetait la réélection de Francine Muyumba à la tête de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ) sur fond d’accusations de fraude électorale. Depuis, la jeune Congolaise qui semblait être promise à une belle carrière, essuie critiques et moqueries de la part de ses compatriotes qui ne lui pardonnent surtout pas sa proximité avec le président Joseph Kabila. Mais l’accusation la plus absurde est celle selon laquelle elle ne serait pas Congolaise. Jean-Marie Ntahimpera, un blogueur burundais, donne son point de vue quant à cette affaire.

Continuer la lecture »

Un peu de respect pour le président Kabila

Comme disait feu le maréchal  Mobutu, « le respect dû à un chef, chez les Bantous, est sacré ». Aujourd’hui c’est inacceptable de voir le manque de politesse envers le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila. Il est accusé de tous les péchés d’Israël et qualifié de tous les noms d’oiseaux. Pourtant, ceux qui le critiquent ne visent qu’à obtenir des postes. Tout le monde le sait. Peut-on réellement dire que Kabila n’a rien fait de bon dans ce pays ? N’y a-t-il aucune action positive à mettre à son actif ? Soyons sérieux !

Continuer la lecture »

[Revue de presse] : Après Zuma, Kabila ?

Joseph Kabila résistera-t-il aux pressions qui s’accentuent sur son régime ? Le président congolais perd de ses soutiens presque inconditionnels, alors que ne faiblissent pas les critiques tant au niveau international que national. Après le Zimbabwéen Mugabe, il voit partir le Sud-africain Jacob Zuma traqué pour des soupçons de corruption.

Continuer la lecture »

Nul n’est censé ignorer la loi ? Encore faut-il y avoir accès.

Nous sommes souvent arrêtés par la police au nom de la loi, mais sommes-nous suffisamment informés de l’existence de telle ou telle autre loi pour que l’on nous accuse de l’enfreindre? En principe, toutes les lois du pays sont publiées au Journal officiel et chaque Congolais est présumé connaître une loi une fois que celle-ci est publiée au Journal officiel. Mais, ce fameux Journal officiel, où se trouve-t-il ? Comment y avoir accès ? Suffit-il pour informer plus de 70 millions de Congolais de leurs droits et devoirs ?

Continuer la lecture »

En 2018 comme en 1992, les catholiques marchent pour la démocratie

La principale confession religieuse en RDC ne rate pas une occasion de monter au créneau, chaque fois que la situation se détériore au pays. L’Eglise catholique a désormais pour tradition de se ranger du côté des sans voix. Ses actions sont plus qu’un lobbying, pour être vues par le pouvoir comme de la politique politicienne.

Continuer la lecture »

Démission de Jacob Zuma : Kabila perd un soutien de taille

D’une manière ou d’une autre, l’Afrique est en train de se débarrasser des mauvais dirigeants. Il n’y a pas longtemps, Robert Mugabe a été contraint à la démission par son propre parti politique. Aujourd’hui c’est un autre grand dirigeant africain empêtré dans des scandales qui vient de tomber, Jacob Zuma, poussé à la démission par l’ANC, le parti même qui l’avait porté au pouvoir il y a neuf ans.

Continuer la lecture »

L’Assemblée provinciale : une arme pour manipuler ou évincer les gouverneurs en RDC

Depuis 2015, la République Démocratique du Congo est passée de 11 à 26 provinces. Que de changements, en effet. De nouveaux gouverneurs se sont installés confortablement, mais pas tous. 15 d’entre eux ont été déchus de leurs fonctions, accusés de mauvaise gestion, mais presque aucun d’entre eux n’a été poursuivi en justice pour cela. Curieux non ?

Continuer la lecture »

MPLA : une « marque » angolaise qui fait fureur à Kinshasa

Kinshasa vibre très souvent au rythme des élections des pays de la sous-région, comme au  Congo-Brazza, au Gabon, en Angola, etc. Les campagnes électorales de ces pays traversent toujours et parviennent à Kin la belle. Les dernières élections du 24  août 2017 en Angola  n’ont pas dérogé à la règle, mais avec une touche particulière qui devrait nous interpeller.

Continuer la lecture »

Pourquoi les officiers sont-ils mieux protégés que les Congolais ?

Des dizaines de gardes du corps pour un seul gradé et une poignée pour tout un village : c’est ainsi qu’est conçu le système sécuritaire en RDC. Une « privatisation » des forces de sécurité qui fait peser un danger sur des populations locales démunies, et augmente les risques de défection de la part de ces officiers, à la tête de groupes armés parfois plus fidèles à leur chef qu’à leur pays.

Continuer la lecture »
montrer plus d'articles D