article comment count is: 3

Qui ne voit pas la souffrance des Congolais?

Dans son nouveau poème intitulé Je l’ai vu, le poète Volonté Viteghe interroge ceux qui font semblant d’ignorer les souffrances des Congolais. Cela lui fait mal et il se pose des questions. Qui n’a pas vu les conditions de vie des Congolais se détériorer un peu plus chaque jour ces dernières décennies ? Qui n’a pas vu une poignée d’hommes s’enrichir et encore s’enrichir sur le dos de millions de  Congolais ?

Des individus devenus des millionnaires en un tour de main pendant que le pays meurt de faim ? Nous avons tous été témoins de cela. Le poète dit aussi avoir vu tomber, dans le futur, tout l’orgueil de celui qui martyrise les Congolais.

Je l’ai vu

Je l’ai vu se moquer du sang qui coule à flot ;

Je l’ai vu humilier la grandeur du Congo ;

Je l’ai vu sacrifier des vies ; et sans parole

Il a fait oublier au citoyen son rôle

De penser librement !

 

Dans sa férocité,

Je l’ai vu condamner aux tourments l’âme humaine ;

Je l’ai vu remplacer l’affection par la haine ;

Je l’ai vu déifier l’argent et le pouvoir ;

Je l’ai vu enterrer le peuple et le savoir.

 

Je l’ai vu rigoler : ah, de notre souffrance !

Je l’ai vu raconter sur nous ses médisances ;

Je l’ai vu glorifier son mensonge, et je crois

Qu’il a su entraîner le pays sur la croix

De la honte.

 

D’une passion vandale,

Je l’ai vu exporter sans lois les minerais ;

Je l’ai vu ravager des champs et des forêts ;

Je l’ai vu profaner le lieu

Où l’on adore ;

Je l’ai vu infecter l’air, la faune et la flore.

 

Il a noirci, j’ai vu, le radieux horizon ;   

Il a trahi le peuple : Oh, une haute trahison !

Il a banni les lois du pays dans la braise ;

J’ai vu, il va finir comme le roi Louis-Seize :

Partir sans gloire sera son sort.

 

Faites sonner les cors !

Citoyens du Congo ! Citoyens d’Afrique ;

Déclenchez le clairon, peuple d’Afrique !

Levez-vous ! Battez-vous pour votre dignité.

Et sonnez la trompette de la liberté !

 


Vous pouvez lire aussi : Indépendance : 57 ans après, le Congo continue de subir

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Baba Mapson, je pourrais lire et relire ce texte tellement qu’il est profond.
    Seulement tu vois, il me tremperait de larmes.
    J’apprécie, courage et merci

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.