un Policier de roulage, dans le secteur de Ngaliema, regule la circulation, Kinshasa 2017, @ habariRDC
article comment count is: 0

Policiers de roulages : ils ne sont pas tous des escrocs

S’il y a une unité de la police qui a la pire réputation, c’est la police de circulation routière (PCR). Et c’est avec raison qu’elle est ainsi vue. Quasiment chaque fois qu’on voit les policiers de roulage, ils sont soit en train de demander ouvertement un pot-de-vin aux conducteurs, soit en train de les harceler. Ils font tout pour soutirer de l’argent aux conducteurs. Néanmoins, de bons policiers de roulage respectueux de la loi existent en RDC.

Quand un accident se produit, au lieu d’organiser les secours, ces policiers se précipitent pour confisquer l’engin, s’assurant ainsi un peu d’argent de la part du propriétaire. Ce sont de telles images qui sont véhiculées au quotidien. Pourtant, la police de roulage, ce n’est pas que cela. C’est aussi autre chose. Il y a quelque chose de louable avec cette police.

Voyons leur côté positif

La police de circulation routière, c’est aussi ces policiers de roulage qui font des heures dans des bouchons entrain de réguler la circulation durant les heures de pointe, sous la pluie ou un soleil accablant. Ces policiers qui sont en éternel mouvement des mains pendant de longues heures et dont personne ne se préoccupe. La police de roulage, c’est aussi ces agents qui donnent la priorité aux piétons sans que personne ne loue le geste. C’est aussi cette police qui est toujours présente pendant les heures de sortie des enfants de l’école pour leur faciliter la traversée de la route sans que personne ne leur dise merci.

Mais aussi la police de circulation routière est celle-là dont les agents vous arrêtent avec raison et vous demandent d’exhiber vos documents puisqu’ils ont constaté un ça ne va pas. C’est cela aussi leur travail, qui souvent n’est pas facilité par les usagers parce qu’ils ont déjà une mauvaise opinion sur eux.

Il y a donc de ces policiers de roulage sérieux, patriotes et intègres, comme celui qui régule la circulation sur l’avenue Lukusa dans la commune de Gombe, à Kinshasa. Ils sont visibles aussi dans de grands boulevards pour parfois orienter les usagers. Ils sauvent par jour des milliers de vies exposées aux accidents sur nos routes. Mais ils sont souvent payés en monnaie de singe par l’opinion publique. Hélas, le mal fait plus de bruit que le bien.

Ces bons policiers devraient mériter notre respect et notre reconnaissance. Il appartient également aux responsables de cette unité d’assainir leur service, d’identifier et de sanctionner dans la légalité les moutons noirs qui ternissent l’image de ce digne métier. Ainsi s’appliquera peut-être le fameux dicton : « Aux hommes intègres, la patrie reconnaissante. »

 

Partagez-nous votre opinion