article comment count is: 2

RDC : si nos léopards pouvaient gagner tous les jours…

L’effritement du consensus social. C’est l’une des conséquences silencieuses de la crise politique congolaise. Le monde ne semble presque pas l’avoir vu et ne s’en est presque pas offusqué.

C’est de la restriction des libertés fondamentales, de l’envolée de la répression, du respect de la constitution, de l’alternance… et autres problématiques de ce genre, dont le monde s’est montré le plus préoccupé. Comme en témoignent aussi des rapports d’évaluation et autres sommations de la communauté internationale publiés sur la situation congolaise. Des préoccupations éminemment plus politiques les unes que les autres à l’ombre desquelles se fissure la société congolaise à coup de clivages grandissants.

Il est rare, ou presque, de voir des Congolais échanger sur la situation de leur pays sans qu’ils n’en viennent à étaler leurs profondes divergences. Des divergences qui peuvent être ressenties même dans le dialogue social. Car comment continuer à être solidaire avec un compatriote à qui l’on reproche quelque sympathie et soutien avec ceux que l’on tient pour responsables de la misère ambiante qui sévit au pays ?

Tout est désormais sujet à controverse en RDC : dans la presse, sur les réseaux sociaux et même dans le dialogue social. La crise politique ayant finalement eu raison des consensus sociaux. Les controverses sont telles que même les évidences de chaque jour ne sont plus perçues en tant que telles. L’opinion dans le débat citoyen est sans compromis ; tout se comprime en des pour et contre motivés et avivés par les mouvances politiques. C’est d’ailleurs bien à l’image du dialogue politique congolais lui-même.

Léopards, symbole de cohésion sociale

Le seul cas sur lequel les Congolais m’apparaissent désormais unanimes est la cause des Léopards, la sélection nationale de football masculin. Elle fait figure de terrain d’entente, de cap de croisement où, le temps d’une rencontre, le moment d’émettre de commentaires ou des pronostics, tout antagonisme est mis en veilleuse, des compatriotes dont les vues sont à l’opposées se solidarisent sans se heurter. C’est aussi alors, conscients des mêmes enjeux, unis dans les mêmes espoirs et solidaires dans les mêmes craintes, qu’ils transpirent véritablement des mêmes frayeurs et vibrent des mêmes joies.

L’acquisition des avions de Congo Airways, la construction des infrastructures et d’autres réalisations à travers le pays auront beau être faites pour l’intérêt commun, rien à faire ! Elles ne relèveront pas le pari du consensus social. L’unanimité sur la cause des Léopards est finalement sans égale. A leur sujet tout est apprécié sans suspicion, y compris les défaites et les contre-performances. Même le poids du coût de leurs services sur le trésor public ne déplaît à personne. D’ailleurs, qui s’en préoccupe vraiment ? On veut que ses Léopards gagnent, qu’on gagne avec eux. Et, c’est tout. La sélection est le nouveau symbole de fierté et de cohésion nationale.

Plus appréciée que jamais, la sélection est dans une bonne dynamique. Les Léopards congolais se sont brillamment qualifiés pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations au Gabon. La sélection est bien engagée dans les éliminatoires pour la prochaine coupe du monde des nations. Les congolais sont devenus plus confiants dans le destin de leur équipe de football qu’en celui de leur pays. Les rencontres des Léopards m’apparaissent comme des trêves. Des moments où tous semblent se reposer après tant d’oppositions, de tensions, d’inquiétudes et de turbulences politiciennes.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)