article comment count is: 10

A Kinshasa, un immeuble s’effondre et la population s’en réjouit 

Ce matin 26 octobre, dans mon quartier, à Kasa vubu, un immeuble de quatre étages s’effondre et tombe sur la maison voisine. Près de 10 personnes ont perdu la vie, il y a des blessés graves mais curieusement, la population présente contemple ce « spectacle »  avec beaucoup d’admiration.

Les causes selon les kinois 

Il est 6 heures du matin, l’immeuble de quatre niveaux s’écroule. L’immeuble n’a pas encore une année depuis sa construction. Et selon les dire des gens qui criaient sur place,  l’immeuble appartenait à André Kimbuta, le gouverneur de la ville de Kinshasa. Voilà qui explique la joie des Kinois quand l’immeuble se renverse.

Jusqu’à présent, les causes de cet accident ne sont pas encore connues, mais cela n’empêche pas les kinois de tirer des conclusions. « C’est les conséquences des péchés de Kimbuta », dit un curieux venu observer la scène.  « C’est la colère de Dieu sur André Kimbuta, nous ne sommes pas payés depuis 6 mois et Kimbuta construit à la vitesse de croisière son immeuble », me dit un papa, fonctionnaire de l’Etat. « Donc c’est sans doute avec nos salaires qu’il construit son immeuble », rajoute-t-il d’un ton ferme. Certains en profitent pour chanter une fois de plus « Yebela ».

L’avis des experts 

Après avoir rapidement effleuré le mur du bout des doigts, un homme venu sur les lieux pour inspecter la situation est formel : « l’immeuble a été construit avec plus de sable que de ciment. Le non-respect des règles de résistance des matériaux est à la base de cet effondrement », ajoute-t-il.

Immeuble de Kimbuta ou pas, ces accidents sont de plus en plus fréquents en ville. Est-ce la faute à une main d’oeuvre non efficace ? Est-ce un sabotage ? Est-ce à cause de l’usage de matériaux chinois de mauvaise qualité ? Toutes les questions y passent. A chacun son métier !

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (10)

  1. il faudrait que les promoteurs des de telles edifices prennent le temps pour se lancer dans pareille construction, selon un expert en construction, avant de monter en hautwur il est imperatif de solliciter un topographe pour une etude minicieuse de l’etat du sol ou de la terre chose qui ne pas frequente dans nos habitude de consteuction, cet evenement doit donc nous servire d’exemple.

    1. bonjour Do. oui, les gens criaient, alors que les autres mourraient. c’était émotif. partout, dans toute circonstance, on a tendance à montrer sa couleur politique. c’est trop

  2. Je valide cette article et je suis hyper curieuse de savoir les causes de ces accidents en ville.Mais je pense que l’ecroulement de cet immeuble doit surement etre a la base d’une main d’oeuvre non efficace…essayons juste de voir les choses telle qu’elles sont et juger par rapport au fait et non tout ramener dans le carquois politique .

    1. c’est ça ced. les causes sont partagées. d’un côté c’est les propriétaires des projets qui s’imposent sur les ingénieurs, et de l’autre côté c’est les ingénieurs qui sont incompétents,

  3. C’est triste et décevant cette affaire d’effondrement d’immeuble. Mais cela nous apprend, ingénieurs , à « bien prendre au sérieux » la part de notre responsabilité : le respect dans la mise en œuvre, le choix des matériaux de qualité, le respect du dosage du ciment… et par dessous, le contrôle !

    Et en ce qui concerne le propriétaire de l’édifice, j’ai suivi une émission sur Molière TV où l’on présentait une conversation avec l’ingénieur, prétendument ledit maître de l’ouvrage qui démentait le fait que l’édifice appartienne au gouverneur André KIMBUTA. Un témoignage qui semble pourtant, selon moi, faux !
    Puisque ; imaginez un bâtiment de 5 niveaux qui se construit en plein milieu d’une capital comme Kinshasa sans un moindre panneau décrivant une autorisation de bâtir, le type du projet, le propriétaire ou le maître d’œuvre et le maître de l’ouvrage ou donc dans ce cas ingénieur en question…, si ne serrait-ce que celui d’une haute personnalité ? Nous pourrons de par ce fait qualifier une telle construction comme étant anarchique !

    En plus, imaginez un ingénieur de notre pays à qui on informe l’écroulement de l’édifice qu’il venait à peine de construire ; aura-t-il un seul instant de répondre à un appel téléphonique et coopérer de la sorte ? Chose louche !

    Mais la vérité, espérons, finira par triompher.

    Affaire à suivre…

  4. j’aime bien avis de mn comfrere :

    Après avoir
    rapidement effleuré le
    mur du bout des
    doigts, un homme
    venu sur les lieux
    pour inspecter la
    situation est formel :
    « l’immeuble a été
    construit avec plus de
    sable que de ciment.
    Le non-respect des
    règles de résistance
    des matériaux est à la
    base de cet
    effondrement »,