article comment count is: 1

A l’hôpital comme en prison

En RDC, les patients qui ne peuvent pas payer leurs soins sont retenus  dans les hôpitaux qui s’apparentent à de véritables prisons, particulièrement à Lubumbashi.

Des malades guéris mais en défaut de payement des frais de santé sont détenus par les hôpitaux à Lubumbashi. Cette  astuce a été trouvée par les structures médicales comme moyen de pression sur les malades pour qu’ils s’acquittent du payement des factures.

Personne ne sort sans avoir payer

L’hôpital Jason Sendwe,  un établissement de référence dans le Katanga, les cliniques universitaires de Lubumbashi, l’hôpital Gécamines Sud et l’hôpital militaire Ruashi, pour ne pas être exhaustif, retiennent les patients en défaut de paiement après les soins. Mais ils ne sont pas les seuls. Dans les cliniques privées, c’est pire encore. Il reste interdit aux patients de s’approcher même du portail. Nos hôpitaux sont de véritables prisons.

Une sage-femme affectée dans un pavillon de l’hôpital Jason Sendwe m’a dit à voix basse : « personne ne sort d’ici sans payer ». Elle ajoute : « Malgré la vie difficile, l’hôpital perçoit tout.  De l’argent mais aussi des biens de valeurs pour libérer les malades ».

Violation des droits de l’homme

Ces hôpitaux ne sont pas des centres neuropsychiatriques. La rétention/détention n’est donc aucunement justifiée.  La pauvreté provoque des maladies difficiles à gérer pour beaucoup de foyers. Les insolvables se multiplient et les hôpitaux ont besoin de vivre, malgré tout.

Mais cela n’est-il pas révoltant que les hôpitaux osent violer les droits de l’homme en privant les gens de leurs libertés ? Devant des personnes réellement sans ressource pour payer des soins de santé, que faut-il faire ? Les laisser mourir ? Pourtant, c’est un devoir médical de soulager et sauver la vie d’autrui. Mais ce qui se passe est l’inverse : les hôpitaux recherchent avant tout l’argent.

Je pense qu’il est du devoir de l’Etat de sécuriser ses citoyens, y compris de soutenir les hôpitaux, publics et privés, en vue de venir en aide aux personnes sans ressource. La santé est un droit fondamental du citoyen.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Commentaire * Merci de m’avoir accorder : les rapports qui lient les un etablissemet sanitaire et un patient c’est un rapport contractuel sa voudrais dire que entre le malade et l’hopital il existe un contrat . Pour plus des precision aucune disposition legale ne prevoir pas de garder un patient souforme d’une prison puis qu’il na pas exécuté son obligation , sa serait une arrestation arbitrere . Merci

  2. C’est ainsi que certaines institutions médicales se mettent à exiger des cautions avant tout traitement au risque parfois de perdre le patient si l’intervention à faire est urgente. Il nous faut un peuple économiquement fort qui s’autoprend en charge face à ses besoins.