article comment count is: 6

Chance sports betting : un jeu qui empêche les jeunes d’aller à l’école

En dehors de l’exploitation artisanale du diamant qui a laissé plusieurs jeunes du Kasaï en retard par rapport à l’éducation, aujourd’hui vient de voir le jour un autre phénomène qui détourne la jeunesse des études. Il s’agit d’un jeu de hasard et d’argent appelé chance sports betting. À Mbujimayi, les jeunes s’en donnent à cœur joie dans l’espoir de remporter des millions…

En réalité, c’est la pauvreté et la cupidité qui poussent les jeunes à se lancer dans la recherche du gain facile. Chance sports bet est donc un jeu de pari foot que l’on rencontre presque sur toutes les grandes artères de Mbujimayi. Il consiste à parier  une somme d’argent sur l’issue des matchs de football pour gagner plus. Malheureusement, personne ne gagne grand-chose, et ce jeu apparaît même comme une véritable arnaque qui dépouille les jeunes et les enfants. Ils y perdent plus d’argent mais n’osent pas se décourager. Et on leur dit toujours : « Essayez encore ! Jouez ! La prochaine fois sera la bonne, jouez encore ! » Malgré les échecs à répétition, les jeunes sont tellement accros à ce jeu que certains vont jusqu’à s’endetter, hypothéquer des biens de valeur, parfois voler l’argent des parents, pour jouer le betting chance sports.

Payer les études ou jouer le betting chance sports ?

Aujourd’hui certains étudiants se trouvent bloqués dans la même promotion (classe). Ils ont des travaux de fin de cycle ou de mémoire non achevés ou non déposés puisque les différents frais à payer à l’université ont été gaspillés à ce jeu.

Les exemples sont légion. Le cas de Didier en est un. Au lieu de payer les frais à l’université pour son travail de fin de cycle, cet étudiant en droit est allé parier au betting chance sports pour gagner plus. Mais il n’a rien gagné, bien au contraire, le jeu a englouti tous les frais. Au moment de la remise de son travail, Didier s’est retrouvé sans moyens et n’a pu se présenter devant le jury de l’université. Plus grave, il n’a pas le courage d’en parler à sa famille, car les parents avaient déjà donné tout ce qu’il fallait. Pendant ce temps, les mois passent et Didier ne sait à quel saint se vouer.

Des kiosques de jeu sur le chemin de l’université

Ce jeu de hasard a littéralement envoûté les milieux universitaires et scolaires à Mbujimayi. Nombreux sont les élèves qui y passent tout leur temps en faisant l’école buissonnière. Les guichets des parieurs sont installés à côté de l’entrée même de l’Université officielle de Mbujimayi et devant l’école secondaire Saint Clément. Les conséquences sont graves et parfois irréparables. Des étudiants en années terminales – premier et deuxième cycles – n’hésitent pas à hypothéquer les frais de scolarité reçus de leurs parents pour jouer au betting chance sports. Une chose est sûre : beaucoup vont reprendre l’année, pour ne pas avoir payé les frais scolaires ou universitaires.

Les autorités feraient mieux d’interdire ce jeu qui met en péril l’avenir des jeunes.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (6)

  1. Toute action sociale doit savoir être encadré par les pouvoirs publics; là où il n’ya pas l’état, c’est l’anarchie installée…

  2. Mbuji-Mayi c’est chance sports betting, ici à Goma c’est Premier Bet, Parico et nombreux de nos amis sont devenus en quelque sorte dépendants de ces jeux, mais je me permet d’ajouter que nos autorités devraient avoir des mesures contraignantes quant à ce

  3. C’est ne pas un vraie jeu masque quelqu’un peu gagne presque tous les manche mai accose d’une manch tu perdre tous pour quoi ça

  4. pour moi chance beetin c’est un jeux de distraction , il peut nous produire plus d’argent , il y a plus des risques a prendre , il peut vous paraître facile mais en soit trop difficil, ce que moi je deplore et que sur la ville de mbuji mayi même les mineurs jouents à ce jeux ce qui n’est pas du tout permis

  5. Ce ne pas mieux de parier mais ce bon , car la personne finiras par reucure un autre jour
    mais c’est un jeu qui a fait à ce que les jeunnes soient debarasser d toute idée educationnelle.
    clore: ce ressiproque

  6. les conditions par lesquelles nous vinons qui sont critiques c’est ce qui pousse les gents de parier et en voulant trop gagner on perd même ce qu’on avait.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.