article comment count is: 0

Les dealeuses : un phénomène qui n’est pas nouveau à Kinshasa

De nombreuses personnes s’interrogent sur un système de prostitution qui a pris racine sur les réseaux sociaux. Dans ce système, des filles offrent des services de charme à des personnes prêtes à payer une somme importante pour avoir des relations sexuelles. La révélation de ce réseau et la publication d’une éventuelle liste reprenant les noms des femmes impliquées dans cette activité déchainent les passions.

Vous entendez parler de ça pour la première fois ? Alors vous êtes sûrement un nouveau venu sur Internet et les réseaux sociaux. De petits groupes restreints avaient fait leur apparition sur BBM (BlackBerry Messenger).  Les choses se sont accélérées avec la multiplication des applications de messagerie, réduisant le coût des prestations.

Un réseau actif sur WhatsApp et Facebook

Auparavant c’est Viber et Tinder qui ont longtemps servi de repères avant que WhatsApp et Facebook ne prennent le relais.

Les agences proposant ces services sur les réseaux sociaux à Kinshasa sont nombreuses. Le prix varie entre 100 et 300 $ la soirée suivant certains critères. Si la fille a une forme physique particulière (poitrine voluptueuse par exemple) ou qu’elle est métissée, la prestation est plus élevée. Les clients se comptent parmi les hommes politiques, des femmes fortunées (surnommées MILF) ou des étrangers de passage.

Pour les petites bourses, il faut compter 10 $ minimum pour deux heures auxquels il faut ajouter 5 000 francs de transport pour la fille. Le réseau est essentiellement constitué d’étudiantes.

L’escorte : un business légal ?

Offrir ses charmes en échange d’un paiement n’a rien d’illégal quand on est majeur. Dans certaines situations, des personnes paient juste pour avoir de la compagnie féminine, juste pour passer du bon temps à boire, danser ou simplement discuter. Ted (nom changé) explique que ce genre de services sont sollicités par des personnes fortunées qui s’adressent à des agences de mannequinat. « On peut ainsi se retrouver comme le petit ami d’un soir d’une femme mûre. Elle vous présente à ses amies. On boit. On rit. On s’amuse. Le moment prévu dans le contrat, on s’en va », explique Ted.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion