article comment count is: 0

RDC : entreprises publiques, ces vaches à lait des dirigeants

Le pire mensonge que les Congolais auront avalé, c’est peut-être la promesse de la bonne gouvernance. Tout le monde sait que c’est de la poudre aux yeux, et c’est tout. On croirait que gérer la chose publique n’est pas le lot de mon peuple. Ce peuple qui a toujours un riche passé à raconter dans un présent amer. Tout ça parce que la chose publique est prisonnière d’une caste politicienne et démagogue.

En RDC, les entreprises publiques sont de vieilles chandelles endettées et sans lumière. Parce que les vieilles mains qui les gèrent n’ont de force que pour vider les caisses. Ce qui fait de nos entreprises publiques des vaches à lait des dirigeants. Lors des nominations des mandataires publics par exemple, dans un véritable partage du gâteau, les postes au sein des entreprises publiques ont été partagés entre FCC et Cash, la coalition au pouvoir. Ce qui fait que les sociétés étatiques sont redevables aux politiques et non aux normes économiques.

Redresser l’économie, mon œil !

Pourtant, les belles promesses passent tellement bien dans ce pays. Elles ont d’ailleurs fait voter pour des hommes et des femmes qui n’existent qu’au temps des élections. C’est pareil à la présidence. Une présidence qui a promis le redressement de l’économie. Ce qui implique, entre autres, une gestion efficiente et transparente des entreprises publiques. Pourtant, même cette présidence est un trou dans le budget de l’Etat. Et ce budget est constitué entre autres des fonds issus des recettes des entreprises publiques. Ces dernières sont dépouillées à la source.

Aujourd’hui, la Gécamines, la Minière de Bakwanga ou la Société des chemins de fer s’étouffent et meurent. Nos pères en parlent, tels des dieux, mais au passé. Et pendant qu’elles s’effacent, elles remplissent encore les poches des dirigeants qui les aident à définitivement rendre l’âme. Comme quoi, redresser l’économie nationale congolaise n’est que chimère.

Nos fils et filles apprennent que voler, détourner et corrompre sont l’héritage que les dirigeants lèguent. Cela ruine naturellement nos entreprises. Tout le monde sait pourtant comment les redresser, mais qui le fait ?

Parce que l’Etat n’existe presque plus. Il se résume par la volonté des hommes et des femmes aigris qui n’ont besoin de postes que pour s’enrichir. Et ceux qui peuvent changer les choses, visiblement, semblent éloignés du pouvoir.

#FailliteEntreprisesRDC

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion