article comment count is: 0

Habari RDC, un des meilleurs pure players africains

L’agence française de coopération médias (CFI) a inauguré lundi 18 septembre à Dakar au Sénégal son nouveau projet intitulé : Nouveaux acteurs de l’information en ligne en Afrique (Naila). Au total, 11 médias en ligne ont été sélectionnés sur le continent. Parmi eux, Habari RDC, cette grande communauté de blogueurs congolais.

L’objectif principal de ce projet mis en œuvre par CFI est d’appuyer la professionnalisation de pure players (sites d’information indépendants et innovants) issus du secteur de la presse en ligne d’Afrique. Il faut noter que la quasi-totalité des médias sélectionnés sont d’Afrique de l’Ouest, mais Habari RDC s’est imposé comme un grand média en ligne d’Afrique centrale. Plus de 100 000 followers sur Facebook et un site web habarirdc.net qui offre à la jeunesse un contenu original et innovant qu’on ne trouve nulle part ailleurs sur les médias traditionnels congolais.

Deux projets congolais ont été sélectionnés pour suivre la formation de CFI : Habari RDC et Actualite.cd. Le média kunafoni.com de la Malienne Awa Séméga a emerveillé l’assistance par ses productions de journal rappé, de procès fictifs slamés et de comédie. Des exemples à suivre par Habari RDC.

Les médias sélectionnés l’ont été en raison de leur performance, de leur impact sur le terrain et de l’originalité du contenu de leurs publications. Le projet Naila durera 18 mois.

Pendant cette période, CFI souhaite :

  • Renforcer la viabilité économique, technique et éditoriale des médias en ligne sélectionnés.
  • Accompagner le développement de projets éditoriaux innovants et performants, en lien avec les besoins du secteur.
  • Donner aux professionnels des médias les outils et les cadres d’expression nécessaires au renforcement de leur légitimité et crédibilité.

La place des pure players en Afrique francophone

Dans son exposé ayant pour titre : « Les pure players en Afrique francophone : constats, enjeux et défis », le consultant média et chercheur sénégalais Ibrahima Benjamin Diagne a relevé un constat amer. Selon les statistiques en sa possession, les médias en ligne les plus performants appartiennent à l’Afrique anglophone (Nigeria, Afrique du Sud, Kenya). Depuis 2012 par exemple, aucun site africain francophone n’a été compté parmi les médias compétitifs en Afrique.

Ibrahima Benjamin Diagne attribue cette situation au fait que « les médias francophones produisent des contenus trop locaux alors que les médias anglophones font des articles panafricains, des fact-checking, du data journalisme, des images, du son, des enquêtes, des dossiers, etc ».

Les médias francophones sont invités à améliorer le contenu de leurs publications en se démarquant des médias traditionnels, en diversifiant les sujets et les méthodes d’information, mais aussi en adoptant « une stratégie éditoriale susceptible d’accroître leur visibilité ». C’est l’un des objectifs du projet Naila.

Comment les médias en ligne peuvent-ils se financer ?

Le débat a été houleux sur cette question. Plusieurs médias naissent et meurent avant leur premier anniversaire par manque de moyens. CFI entend « renforcer la viabilité économique et technique des médias en ligne ». Tout cela passe par une meilleure stratégie de marketing. Etre innovant, connaître les habitudes du marché, bien identifier votre cible, faire des sondages pour savoir ce que veulent les lecteurs. Plusieurs stratégies ont été proposées : publicités, financements par des partenaires… Mais c’est « l’abonnement du visiteur individuel sur le site » qui a été présenté comme modèle économique gagnant.

L’abonnement est le modèle utilisé par des grands médias français tels que Médiapart, Le Parisien… Les médias africains doivent parvenir à proposer à leurs lecteurs un contenu tel qu’ils acceptent de souscrire à un abonnement payant. Est-ce possible de demander au lecteur africain de payer pour s’informer ? Le débat se poursuit à Dakar.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.