article comment count is: 0

L’innovation, la touche qui manque aux femmes entrepreneures en RDC

Au cours de l’année 2023, j’ai assisté à quelques séances de formation des femmes entrepreneures à Lubumbashi. J’ai noté qu’il leur est souvent reproché d’avoir des entreprises instables et moins compétitives. Certes, elles détiennent un grand nombre d’entreprises, mais contrairement aux hommes, c’est avec beaucoup de peine qu’elles arrivent à décoller.

La plupart des entreprises de femmes sont rarement innovantes. Or, sans l’innovation, il est difficile de faire face à la concurrence. Le plus souvent, les femmes proposent les mêmes produits et services, sans aucun élément nouveau. Il suffit de jeter un coup d’œil dans les activités des femmes entrepreneures pour s’en rendre compte. Comment attirer des investisseurs si l’on n’arrive même pas à se taper quelques clients ?

Théo Lutumba, entrepreneur, coach en entrepreneuriat et co-fondateur d’un incubateur d’innovation, donne quelques conseils aux femmes qui veulent tenir des entreprises florissantes en 2024.

Etre femme ne suffit pas !

La plupart des femmes entrepreneures pensent que le fait d’être femme suffit pour concourir à une compétition et la remporter. Bien sûr, être femme peut être un atout, mais il faut répondre à d’autres critères en tant qu’entrepreneure. « Vous êtes femme, d’accord, mais ça demande un peu de challenge. Parce que dans le monde de l’entrepreneuriat, on ne vient pas acheter chez vous parce que vous êtes une femme, mais plutôt parce que vous avez apporté une valeur ajoutée à ce qui existe déjà », a expliqué Théo Lutumba.

Le numérique, un facteur à ne pas négliger

En plein 21e siècle, nul n’a besoin de venir à votre bureau pour savoir que vous existez. A l’ère du numérique, une entreprise sérieuse a un site web qui fournit toutes les informations possibles. Certaines ventes peuvent d’ailleurs s’effectuer en ligne. « Veuillez insérer le lien de votre site web » est aussi un champ à remplir sur les formulaires de demande de financement. Et Théo Lutumba d’ajouter : « Il faut penser technologie, digitaliser sa boite pour être visible par les partenaires. »

Les domaines prometteurs pour les femmes entrepreneures en 2024 ?

En réalité, il n’existe pas de domaines prometteurs. Il suffit d’investir dans ce qui vous passionne et d’y apporter un plus, à savoir : l’innovation. Vous pouvez par exemple quitter le nettoyage pour l’événementiel. Mais si rien ne vous différencie des autres, vous allez stagner. Dans tous les domaines, vous trouverez des entrepreneurs. Ici, l’expression « on n’invente pas la roue » trouve son sens.

« Restreindre les femmes à se lancer uniquement dans un domaine économique, revient à dire qu’il n’y a pas d’argent ailleurs. Et pourtant, non ! Chacun peut évoluer dans le domaine qui lui semble meilleur. Il faut seulement penser à l’innovation », conseille Lutumba.

Quelques actions à mener pour innover

Généralement, les femmes entrepreneures passent leur temps à chercher des marchés, mais ne pensent pas à s’auto-former. Le monde de l’entrepreneuriat évolue et une mise à jour continuelle est bénéfique pour rendre les entreprises des femmes compétitives, stables et autonomes.

Le stylipreneur de la marque Tshim Couture propose aux femmes entrepreneures de :

  • Suivre des programmes de formation appropriés ;
  • Connaitre et fréquenter les organisations d’accompagnement des femmes entrepreneures ;
  • Chercher l’information ;
  • Se démarquer de la concurrence dans son secteur ;
  • Nouer des relations professionnelles avec des partenaires du même secteur que vous. Que ce soit au pays ou à l’extérieur.

A toutes ces actions peuvent s’ajouter certaines compétences. C’est notamment la communication, le marketing, la comptabilité, les ressources humaines, le management d’entreprise, la maîtrise des questions liées à la fiscalité. Ainsi, attendre serait trop tard. Passez à l’action !

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion