article comment count is: 0

Migration : le désert, un mouroir pour les migrants ouest africains

Plus de 250 milles jeunes ouest africains, candidats au rêve européen, ont transité par la région d’Agadez en 2015. Si bon nombre d’entre eux ont pu arriver en Libye ou en Algérie, plusieurs autres sont morts dans le désert. Reportage.

 La ville d’Agadez, trait d’union entre l’Afrique noire et blanche, voit ces dernières années plusieurs milliers de jeunes ouest africains y transiter pour aller en Europe. D’aucuns parmi eux ne sachant rien de leur itinéraire croient à tort que l’Italie est juste derrière la ville d’Agadez. Après avoir vécu toutes les tracasseries policières aux postes frontières des pays traversés mais aussi lors de contrôle de routine à l’intérieur des Etats, ils arrivent à Agadez. Certains sont trompés et trahis par des passeurs sans foi ni loi, des fois des compatriotes à eux que l’appétit du gain a aveuglé. Ils les mettent sur des véhicules vieillissants et affrontent la traversée du désert bravant l’interdiction de la loi 2015-036 qui criminalise la traite des personnes.  Conséquence ! On découvre de plus en plus des morts dans le désert. « Nous avons découvert à maintes reprises des corps sans vie dans le désert. Les passeurs risquent leur vie et celles des migrants en prenant des routes risquées », annonce Chani Alka, un chauffeur guide basé à Agadez. Ce que confirme Boutali Tchiwerin, un agent d’une compagnie téléphonique de la place : « nous revenions d’une mission dans le désert lorsque nous étions tombés sur plusieurs corps de migrants morts de soif après avoir été abandonnés par des passeurs. J’ai relevé les positions GPS de l’endroit et les ai transmises aux autorités ».

Des sauvetages des migrants en détresse dans le désert sont organisés par l’OIM dans la région d’Agadez qui couvre 703 km de désert uniquement. Selon l’OIM : « Plus de 8000 migrants ont été secourus de 2016 à aujourd’hui ». Ils sont des fois abandonnées par leurs chauffeurs ou après une panne de leur véhicule».

 

Lire la suite en cliquant sur ce lien : Aïr Info

*Cet article est publié dans le cadre du projet Naila (Nouveaux acteurs de l’information en ligne en Afrique). Il s’agit d’un projet de CFI comprenant 11 médias africains dont Habari RDC.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.