article comment count is: 3

Est-ce que je suis moche parce que j’ai une peau ébène ?

La femme noire dès son plus jeune âge aura un complexe d’infériorité, imposé par la société. Au Congo, par exemple, plusieurs personnes ne cessent de faire croire qu’avoir une peau foncée ne signifie rien d’autre qu’être moche. Cela explique l’étonnante course à la dépigmentation de la peau, courante au Congo : hommes et femmes adorent être blancs.

La publicité joue, sans doute, un rôle important dans la circulation de telles représentations dans la société congolaise. Elle est une forme de communication de masse dont le but est de viser une cible pour l’inciter à adopter un comportement souhaité… Moi, je dis que la publicité tue mon peuple.

Elles sont toutes belles à la télé

La petite fille noire n’arrive pas à se reconnaître pour ainsi s’accepter, et ce ne peut pas être la faute à la publicité. Ce ne peut pas non plus être la faute à ceux qui la conçoivent : c’est notre société en général.

A la télé ou sur la toile, dans des clips tout comme dans des publicités de n’importe quel produit, les femmes qu’on voit sont généralement assez blanches : des noires à la peau blanchie. Un peu comme si plus on est noir(e) peau foncé(e), moins on est beau ou belle. Résultat : des produits éclaircissants se vendent très bien.

Le droit de disposer de son corps ?

À Goma, à Kinshasa, comme ailleurs en RDC et même en Afrique, vous pouvez avoir grandi avec une personne qui au départ était noire de peau, mais quelques jours après vous découvrez que la personne a changé de peau : elle est devenue toute blanche.

Récemment, je suis tombée sur Annie, une ancienne camarade de classe qui à mes yeux était méconnaissable parce que petite. Elle avait la même coloration de peau que moi, donc noire, mais voilà que j’avais devant moi une métisse. Je n’ai pas eu le courage de lui demander ce qui s’est passé, mais au fond de moi j’ai compris qu’elle a été influencée par son entourage qui croit qu’être beau c’est devenir blanc.

Naturel(le) et vrai(e) : la beauté qui dure

Il est vrai que chacun est libre de disposer pleinement de son corps, mais il faut qu’il y ait des limites. Non seulement on s’expose à de graves maladies de la peau, mais aussi on se renie en quelque sorte. Saura-t-on un jour regarder ses anciennes photos ? Me retrouver devant une telle personne, j’ai l’impression de ne pas vivre avec quelqu’un de « fiable ».

Vous pouvez être un groupe de cinq filles, entrain de marcher. Et parmi vous, une seule brune, les premiers regards seront tournés vers elle. Parce que psychologiquement, on a tendance à croire que les plus claires sont les plus belles. Pourtant, en réalité, la beauté ne tient pas surtout à la couleur de la peau.

On peut être jolie tout en étant brune tout comme on peut l’être tout en étant foncée. Le plus important pour moi, c’est d’être naturel et vrai : pas le mensonge jusque dans sa peau. C’est malheureusement se mentir à soi-même et pas seulement à autrui.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Heureusement que des faits comme tels le triomphe de zozibini thunzi, miss univers, nous montre que quand on s’accepte tel quel aucune limite ne peut vous déterminer…

  2. Merci beaucoup pour le conseil… pigmenté sa peau c’est un complexe… c’est se renier! Il faut apprendre à être authentique