Gouvernorat du Kasaï-Oriental sur le boulevard Laurent Désiré Kabila à Mbujimayi. Crédit photo @Yves Tshiyombo
article comment count is: 0

Des selfies en pleine rue, la nouvelle mode des jeunes à Mbujimayi

En ce 21e siècle, si tu ne fais pas des selfies, tu n’es pas à la mode et tu n’appartiens pas au monde de jeunes. À Mbujimayi, les jeunes semblent faire des selfies toute une profession, tout un culte. Ils le font beaucoup plus dans des lieux publics.

Le boulevard Laurent-Désiré Kabila est l’un des lieux qui attirent les jeunes à Mbujimayi, souvent les weekends. Beaux gosses et belles nanas passent par-là. C’est devenu presque obligatoire d’aller y faire un tour la soirée. Mais on n’y va pas habillé n’importe comment : il faut être vraiment endimanché. Car, là-bas se passe une sorte de compétition de photos…

Séances de shoot animées

Sur ce boulevard Laurent Désiré Kabila, les Smartphones et les appareils photo souffrent ; ils se déchargent rapidement, tellement ils sont sollicités. Les jeunes sont là. Ça rigole, ça hèle, ça fait du bruit… En groupe ou en solo, on s’offre ce qu’on souhaite être les meilleurs selfies de sa vie, plutôt de sa jeunesse. Des séances de photoshoot à la caméra professionnelle également. On arbore des postures recherchées, des sourires fabriqués, de beaux habits qu’on veut à tout prix immortaliser par une belle carte de photo.

On reprend plusieurs fois la pose tant que la personne qu’on prend en photo n’est pas satisfaite. Indifférents ou intéressés, les passants regardent et poursuivent leur route, tandis que les badauds y passent toute une éternité. « Ces enfants, avec leurs photos, c’est devenu une maladie ou quoi ? », s’est exclamée une femme d’un âge avancé qui passait par-là.

Si on n’a pas d’argent, on peut emprunter lorsqu’on veut à tout prix garnir son album photo. Une carte coûte entre 1000 et 1500 FC selon la taille de la photo demandée. Faites l’addition si vous en demandez 10.

Des photos qui atterrissent sur les réseaux sociaux

Cette obsession des jeunes pour les photos n’est pas gratuite. Tous ces selfies et ces belles poses ont un autre objectif : faire impression sur les réseaux sociaux. On vise à engranger des likes et des commentaires sur Facebook, Instagram…

« Quand on se fait prendre  ces photos que nous appelons photoshoot, ce qui nous fait plaisir c’est quand nous les publions sur les réseaux sociaux. Ça nous fait du bien de voir les likes de nos amis, de nos frères et sœurs qui sont à l’étranger où dans d’autres provinces », explique une jeune fille.

 

Partagez-nous votre opinion