article comment count is: 0

Smartphones, gadgets magiques à l’Université !

À Goma, les étudiants se servent des smartphones à l’Université. Ils téléchargent des cours, révisent des leçons, scannent les notes et s’en servent comme antisèches. Les smartphones sont devenus indispensables, mais cela n’est pas sans inconvénient.

L’avènement des smartphones à bon marché permet aux étudiants de Goma de se les procurer facilement pour bien travailler les cours à l’Université. Esther, une étudiante de 24 ans, se réjouit en ces termes : « Depuis que j’ai commencé à utiliser un smartphone, tout est simplifié dans mes études ! Des applications m’aident à résoudre des équations difficiles. Avec mon téléphone, la grammaire et le reste devient très facile grâce aux dictionnaires intégrés. Je prends mes notes avec cet outil. En un clin d’œil, je scanne les notes que mes amis ont prises en mon absence ! »

Plus d’économies et de facilités

La vie est chère mais les smartphones permettent aux étudiants de faire des économies. Ils n’ont plus besoin de dépenser d’argent pour imprimer ou photocopier des livres, des syllabus ou des centaines de pages de notes. Tout est désormais scanné grâce aux smartphones. La lecture est facile et confortable sur écran tactile.

Il y a également l’accès à l’internet qui est désormais à portée de main pour des recherches en ligne. Fini les longues heures d’attente pour accéder aux cybercafés ou à la salle d’informatique de la faculté, d’ailleurs, souvent mal équipée.

Ndayambaje, 26 ans, étudiant en développement rural, estime que les smartphones ont révolutionné la façon d’étudier à l’Université : « J’ai même oublié qu’il existe une salle d’informatique au sein de notre Université. Je fais tout ce qu’il faut sur mon téléphone portable. C’est une véritable révolution ! »

Une révolution mais aussi un danger !

Pour le professeur Kapanga Nzondero, les nouvelles technologies avec toutes leurs facilités rendent plus faibles les élèves et les étudiants. Ils ne savent plus fournir d’effort mental par eux-mêmes. Sans l’aide d’un ordinateur, les étudiants ne valent rien, dit-il. « Aujourd’hui, les étudiants ne savent plus faire des simples calculs mentaux. La règle de trois, ils ne la connaissent plus. Même faire un petit calcul comme 4×6 : ils doivent toujours recourir à une calculette. Voilà pourquoi, certains sont incompétents après les études et ne peuvent trouver d’emploi. Ils sont foutus », déplore le professeur Kapanga Nzondero.

La forte dépendance envers ces outils informatiques réduit à coup sûr les capacités intellectuelles de nos étudiants. De nos jours, les machines font tout le travail à la place de l’Homme. Du coup, les étudiants d’aujourd’hui sont parfois moins performants que ceux de l’époque où il n’y avait pas d’Internet et de smartphones. Voilà pourquoi à Goma on dit : « Un diplômé du secondaire de l’époque de Mobutu vaut mieux qu’un diplômé d’Université d’aujourd’hui. »

Autre inconvénient des smartphones : tricher à l’examen est devenu encore plus facile ! À l’aide d’une oreillette, on peut se chuchoter des réponses depuis l’extérieur des auditoires. Également en dissimulant son téléphone, on peut lire en audio des cours et des réponses sans même jeter un coup d’œil sur le téléphone. Voilà jusqu’où nous mènent vos nouvelles technologies !

Pour toutes ces raisons, l’utilisation des smartphones dans les salles de classes doit être extrêmement limitée. Les autorités universitaires, devraient être plus vigilantes sur l’usage que font les étudiants du smartphone. Les étudiants aussi devraient savoir que la meilleure façon d’apprendre est de le faire sans l’aide des machines comme les smartphones, mais plutôt en faisant travailler leurs méninges.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.