article comment count is: 1

Délestage d’abonnés pour la Société nationale d’électricité

À force d’être victimes de mauvais services à Goma, beaucoup d’abonnés de la Société nationale d’électricité (Snel) ont fini par se lasser. Délestages et factures forfaitaires sont devenus le quotidien des abonnés au Nord-Kivu. On vous fait payer alors qu’il est rare d’avoir du courant même pendant 10 heures par semaine ! Conséquence : de plus en plus de Gomatraciens choisissent d’utiliser l’énergie solaire.   

La Snel ne cesse de décevoir à Goma. Tous les mois, les factures de consommation d’électricité pleuvent, malgré les coupures longues, générales et intempestives ! A ce rythme, la Snel ne sera bientôt qu’une société d’électricité de nom, et sans abonnés.

Combien de personnes quittent la ville de Goma pour aller à Gisenyi au Rwanda, en quête d’électricité ? Il suffit de se placer le soir à la grande barrière de Goma pour voir le nombre de Congolais qui travaillent en RDC et qui préfèrent aller dormir au pays des mille collines. Sécurité, loyer moins cher, eau et électricité permanentes sont les principales raisons de ces migrations. Et toutes ces personnes qui partent c’est des clients potentiels que la Snel perd !

Lors d’un point de presse, l’ancien directeur de la Régideso, société étatique de distribution d’eau, expliquait qu’« il y avait carence d’eau à Goma car les pompes de la Regideso et la station de traitement n’étaient pas alimentées en électricité » ! Vous vous imaginez le comble ? Dans plusieurs bureaux des services de l’État à Goma, on entend les bruits des groupes électrogènes à longueur des journées. Souvent quand on y va pour demander un service, il y a toujours quelqu’un qui te dit : « Achète-nous un peu de carburant pour imprimer tes dossiers. » Devant de telles situations, le citoyen lambda se demande comment il pourrait rêver d’avoir de l’électricité chez lui quand même la mairie ou le gouvernorat n’en ont pas !

La privatisation du secteur va faire disparaitre la Snel

Depuis quelques années déjà, il existe une loi promouvant la libéralisation effective du secteur de l’électricité.  Même si cela présente certains inconvénients comme une majoration des prix par des distributeurs privés d’électricité, dans la ville de Goma, on attend avec impatience une société privée à même de distribuer une partie de l’électricité produite par la centrale de Matebe.

De même que les transporteurs privés sur le lac Kivu ont fait disparaître la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC), ceux du secteur de l’électricité feront certainement disparaître la Snel, si elle ne se remet pas à sa mission de fournir l’électricité aux habitants de Goma.

 


Vous pouvez lire : Le prix du courant de Matebe inaccessible aux habitants du Rutshuru

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Ll’électricité pour tous, un des grands chantiers en RDC et en même temps, une opportunité d’affaires.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.