article comment count is: 0

Le sous sol kasaïen dispose bel et bien du cuivre

En matière de minerais, la région du Kasaï est connue pour son diamant. C’est notamment le diamant industriel et de joaillerie. Mais ce n’est pas le seul minerais disponible dans cette partie du pays. Il y a aussi le cuivre dont le gisement a été découvert dans le village de Katende en territoire de Miabi au Kasaï-Oriental.

Dans une interview au média en ligne Investir au Kasaï, Trésor Mulunda, chef de division des mines de la province du Kasaï-Oriental, a confirmé que cette province dispose des minerais de cuivre. « Oui, nous avons effectivement les minerais de cuivre au Kasaï-Oriental. Je vais les citer : nous avons la cuprite, la malachite, la chrysocolle…, tout ça fait partie des minerais de cuivre que nous avons au Kasaï-Oriental », a-t-il déclaré.

A la question de savoir s’il existe une différence entre cuivre et minerais de cuivre, voici la réponse du chef de division des mines : « Quand on parle du cuivre, il y a une série de minerais qui constituent le cuivre et que je viens d’énumérer. Il y a bel et bien le cuivre au Kasaï-Oriental. La preuve c’est ce gisement de Katende en territoires de Miabi et de Kabeya Kamuanga. »

Et d’ajouter : « Il y a également des indices d’existence du cobalt, mais il faut attendre les travaux de prospection qui vont être lancés prochainement par le président de la République pour le confirmer. » Pour le chef de division Trésor Mulunda, les travaux de prospection aéroportée et géophysique qui seront menés par le service national géologique permettront de « détecter des minerais qui ne sont pas encore localisés au Kasaï-Oriental. »

Cuivre, calcaire, diamant…

L’exploitation officielle n’étant pas encore lancée, le gisement de cuivre de Katende fait l’objet d’exploitation clandestine. Plusieurs fois, les autorités ont réussi à intercepter des camions transportant frauduleusement du cuivre kasaïen à destination du grand Katanga.

Au vu des difficultés économiques du Kasaï-Oriental, la diversification des sources de revenus s’impose. La province ne peut plus compter sur le seul diamant qui a montré ses limites. Il faut penser à exploiter les autres minerais disponibles, notamment le cuivre, le calcaire de Katanda qui entre dans la fabrication du ciment, etc. Sans bien sûr oublier l’agriculture. Toutes ces richesses naturelles doivent être mises à contribution pour faire décoller l’économie du Kasaï-Oriental.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion