Vue extérieure du stade des Martyrs.
article comment count is: 0

Top 7 des meilleurs stades de football de RDC

La RDC peut bien accueillir une phase finale d’une Coupe d’Afrique des nations de football. Ce ne sont pas les stades qui lui manquent, mais la volonté politique. Certes, le pays n’a pas encore toutes les infrastructures sportives à la hauteur de sa taille, mais on ne peut dire qu’il est dépourvu de meilleurs terrains de football. Voici le top 7 des meilleurs stades de la RDC.

Le stade des Martyrs 

C’est le plus grand stade du pays avec ses 80 000 places assises. Construit en 1993, ce stade autrefois connu sous le nom de Kamanyola n’a jamais été achevé. Une grande partie de la tribune et l’ensemble des pourtours ne sont pas équipés de sièges. Dommage quand-même que le quatrième plus grand stade d’Afrique soit dans cet état plus de vingt ans après sa construction. Malgré son manque d’entretien, ce complexe sportif reçoit des matchs nationaux et internationaux.

Le stade Tata Raphaël

La façade du stade tata Raphael, Kinshasa, ou s'est jouer le plus grand combat du ciel, Mohamed Ali et Georges Foreman
Stade Tata Raphaël, deuxième stade de Kinshasa.

Jadis appelé stade du 20 mai, ce stade doit sa renommée au prestigieux combat de boxe ayant opposé en 1974 Mohamed Ali à George Foreman. Le stade Tata Raphaël compte 50 000 places. Quoique dans un état de délabrement avancé, ce stade sert quand même aux compétitions nationales et locales.

La dernière réhabilitation effectuée par l’AS Vita club a fait que ce stade soit à même d’abriter des rencontres internationales. En réalité, ce stade nécessite une réhabilitation de fond en comble.

Le stade Frédéric Kibasa  Maliba

Stade Frédéric Kibasa Maliba de Lubumbashi

Il se trouve à Lubumbashi dans l’actuelle province du Haut-Katanga. Doté de 35 000 places, l’ex-stade Mobutu, renommé « stade de la Kenya » est le troisième stade du pays en termes de capacité d’accueil. Il est homologué par la CAF malgré son vieillissement.

La pelouse synthétique de dernière génération posée depuis 2010 sur l’aire de jeu a besoin d’être remplacée, mais personne n’y pense, s’indigne Christian Bajika journaliste sportif à Lubumbashi.

Stade de Kamalondo

Stade du Tout puissant Mazembe à Lubumbashi.

A côté du stade Kibasa Maliba est érigée une autre enceinte sportive : le stade TP Mazembe, autrement appelé stade Kamalondo. Les travaux de ce temple des Corbeaux se sont achevés en 2010 après 2 ans et 3 mois de construction. À l’heure actuelle, il passe pour l’un des plus beaux stades de la RDC. Gazon synthétique de troisième génération, piscine de récupération, logette VIP… Le temple des Badia Ngwena répond à toutes les exigences de la CAF et de la FIFA . C’est dans ce complexe sportif que le TP Mazembe livre tous ses matchs nationaux et internationaux à domicile.

Aujourd’hui 9 ans après sa construction, le stade de Kamalondo devrait en principe subir quelques coups de pinceau pour sa remise à neuf, estime un fan des Corbeaux.

Le stade Joseph Kabila de Kindu

Inauguré en 2016 à Kindu par le chef de l’État, ce stade n’a pas tardé à être homologué par la CAF. Le complexe omnisports de Kindu est compté parmi les rares stades olympiques du pays à avoir la pelouse naturelle. Vous pouvez voir ce stade dans ce lien.

Le stade Kashala Bonzola de Mbujimayi

Vue du terrain du stade Kashala Bonzola à Mbujimayi.

Ce stade de 22 000 places a été construit entre 2014 et 2018 à Mbujimayi. Il passe pour le plus grand stade de l’espace Kasaï. Près d’une année après son ouverture, le stade situé au quartier Beaudine 2 n’est toujours pas terminé. La couverture attend d’être placée, tout comme les projecteurs, les écrans et le tableau d’affichage. Les travaux d’aménagement des vestiaires et des bureaux se poursuivent encore.

Le stade de l’unité de Goma

Façade du stade de L’unité de Goma.

10 000 places, mais avec gazon synthétique. Il est l’un des plus jeunes stades de la RDC. Le stade de l’unité a été inauguré l’année dernière. Il attend encore d’être homologué par la Confédération africaine de football.

Forte de ses 7 stades disponibles, la RDC est à même d’organiser une CAN. Même une CAN à 24 participants dont le nombre de stades requis est passé de 4 à 6. Mais il ne faut pas trop se surestimer. A ces infrastructures sportives, il faut ajouter des hôtels, des hôpitaux et des routes qui répondent aux normes des compétitions internationales. Sur ce point, des villes comme Mbujimayi ont encore du pain sur la planche.

 

Partagez-nous votre opinion