article comment count is: 0

Le tribalisme, c’est trop ridicule

Mon grand-père disait : « Le petit de l’antilope se couche autour d’une source tranquille. » Et il ajoutait : « Partout où il y a des humains, c’est chez toi. Celui qui t’accepte, considère-le comme ton frère. » En, fait, le vieil homme n’aimait pas le tribalisme. Et il m’a enseigné de suivre son exemple.

Depuis ce temps-là, j’ai quitté mon village, pour de longues années, pour de bon. J’ai dit au revoir à nos plantations, à ma tribu, avec ses us et coutumes que nous croyions tous immuables, éternels et les seuls qui valent.

Des élections sur fond de luttes tribales

Mon petit grand père s’est endormi pour l’éternité, il y a environ 20 ans. Ce Congo où il m’a envoyé trouver des frères et sœurs, – et j’en ai bien trouvé ! – est à un tournant majeur de son histoire depuis janvier 2019. Un opposant est désormais aux commandes du pays. Plus de 7 millions de compatriotes ont voté pour lui. Bien au-delà des terres de ses pères, comme moi.

Plutôt que de voir cela comme un succès de la cohésion nationale, pour le vivre-ensemble, certains compatriotes préfèrent regarder de quelle tribu vient le nouveau président, d’où viennent ceux qui vont gouverner avec lui. C’est cela le Congo.

D’où viens-tu donc ? La question est vieille et habituelle en RDC. Aujourd’hui, c’est une interrogation qui divise beaucoup. Elle renvoie les gens à leurs ethnies, à leurs tribus, au point que des compatriotes sont considérés comme des étrangers dans leur propre pays.

Stupidité, « tribalité »

Il faut bien constater que le tribalisme est stupide. Lors d’une discussion plutôt trop rangée entre jeunes Congolais dans un forum WhatsApp, un ami me fait parvenir un touchant message. Je le résume : certains Congolais s’imaginent plus importants ou même plus Congolais que d’autres. Ils s’arrogent le droit de décider de qui est Congolais et qui ne l’est pas, qui a le droit de diriger et qui ne l’a pas. J’ai vu se fondre dans la flamme tribale de belles intentions exprimées avant, et qui m’avaient fait croire qu’en certains compatriotes j’avais trouvé des frères et sœurs. Je me rappelle les propos de mon grand-père !

« Seuls les pygmées sont des autochtones. Tous les autres sont des immigrés », rappelle un journaliste. Et c’est un fait. Le plus stupide, c’est de constater que dans le Katanga, par exemple, les communautés du Sud-Est, les Sempya, acceptent des Bemba de la Zambie et des Malawites comme membres de la communauté. Mais parmi eux, certains s’en prennent aux Lunda et aux Sanga qu’ils ne prennent pas pour leurs frères, alors qu’ils habitent le même sol.

La médiocrité congolaise !

C’est anormal que les Sanga acceptent des Tanzaniens comme leurs frères, mais s’en prennent aux Lunda, ou aux Luba à Kolwezi. C’est stupide que les Lunda acceptent des Angolais et des Zambiens parmi leurs frères mais rejettent les Sanga, les Balubakat, les Baluba Lubilanshi, etc. Pareil pour les Congolais du Kongo central solidaires des Brazzavillois et des Gabonais, mais qui marginalisent les Katangais, les Kasaïens et les Kivutiens. C’est ridicule ! « De la stupidité et de la médiocrité congolaise », conclut mon ami journaliste. Et je suis d’accord avec lui. C’est stupide.

Mon petit grand père, tête chenue, était sagesse. Il n’aimait pas diviser les enfants d’un même pays. Malheureusement, on voit aujourd’hui les gens de son âge, nourrir des théories d’exclusion. Autant dire que la sagesse ne loge pas forcément dans les corps de tous les vieux.

De merveilleux Congolais aussi !

Je crois tout de même que mon grand père ne s’est pas trompé en disant  que partout je trouverais des frères et sœurs. J’en ai trouvé effectivement dans Habari RDC. Un exemple du vivre-ensemble entre une centaine de jeunes établis dans cinq provinces et plus de six villes différentes, œuvrant ensemble, dans l’acceptation mutuelle. Il avait donc raison, mon grand-père. Dans ma vie, j’ai aussi rencontré des enseignants merveilleux, de braves religieux, et d’intéressants amoureux des Congolais, sans regarder leurs origines tribales.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.