article comment count is: 0

Trois militants de mouvements citoyens remis en liberté

Effusion de joie chez les militants des mouvements citoyens. La cour suprême de justice vient de libérer Christopher Ngoyi du mouvement citoyen Synergie, Fred Bauma et Yves Makwambala du mouvement Lutte pour le changement (Lucha). 

Ces activistes bénéficient d’une grâce présidentielle prononcée le 19 août dernier. À la veille du dialogue national prévu le jeudi premier septembre, cette mesure intervient pour tenter de décrisper le climat politique. L’ONG Amnesty internationale, qui soutient la cause d’Yves M. Et Fred B. qualifie cette libération d’ « exemple rare d’évolution positive dans (…) une année difficile pour la liberté d’expression en RDC ».

En politique, l’opposition accuse le président Joseph Kabila de vouloir briguer un nouveau mandat à la fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel en décembre prochain. On parle de glissement tant les reports ont été nombreux. À deux mois de la fin du mandat présidentiel de M. Kabila, rien ou presque n’est fait pour préparer l’alternance. Le président convoque donc ce jeudi premier septembre, un dialogue national auquel plusieurs opposants refusent de participer. Libérer des prisonniers d’opinion apparaît comme un signe de bonne volonté de la part du gouvernement. Une volonté d’apaiser les contestations et d’inviter aux négociations. Cela va-t-il fonctionner ?

Les poursuites vont continuer 

Lucha

Dessin d’Edizon Musavuli

En attendant, les activistes libérés risquent une nouvelle arrestation. Les diverses poursuites contre eux, comprenant pour Fred et Yves, un « complot contre le chef de l’Etat » vont continuer. Les deux militants de la Lucha ont été arrêté en mars 2015 lors d’une rencontre internationale sur la bonne gouvernance en Afrique. En attente de leur jugement depuis lors, les jeunes hommes encouraient la peine de mort.

Christopher Ngoyi a quant à lui été arrêté en janvier 2015. Il effectuait un suivi des violations des droits humains commises lors de manifestations contre les retards dans le processus électoral. Il a été détenu au secret pendant plus de 20 jours avant d’être transféré en prison.

 

 

Partagez-nous votre opinion

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non