article comment count is: 1

Des voyous font la police des mœurs à Lubumbashi

A Lubumbashi, une très mauvaise habitude est en train d’élire domicile sans que personne ne s’en préoccupe. Des filles et des femmes soi-disant « mal habillées », se font agresser en plein jour, en plein centre-ville.  Elles sont systématiquement déshabillées, violentées. Différents objets sont introduits dans leur appareil génital.

Il y a quelques semaines, j’ai été témoin pour la énième fois, de ces atrocités commises sur les femmes. C’était sur l’avenue Moero, l’une des avenues les plus encombrées de Lubumbashi, et qui est régulièrement le théâtre de ces monstruosités.

Sur cette avenue grouillent marchands ambulants, bus, motards et autres badauds. Ce qui crée une forte concentration de gens.

Des scènes scandaleuses

Une jeune fille, habillée en mini-jupe, les cuisses à l’air libre, s’est fait littéralement agresser. Sa tenue vestimentaire était osée, mais pas choquante pour une agglomération comme Lubumbashi. Après tout, on s’habille comme on veut. La horde de jeunes garçons qui s’en était prise à elle, estimait qu’elle était mal habillée. Alors « il fallait carrément tout enlever ».

En un rien de temps, la fille s’est retrouvée complètement nue. Tout le monde autour voulait toucher soit les seins ou les fesses, soit introduire les doigts ou des objets dans son appareil génital. La scène était d’une violence extrême.

Chose étonnante, même des femmes participaient à ce forfait. Ceux qui voulaient s’interposer étaient pris à partie. Tiraillée de part et d’autre, la fille pleurait, suppliait ses bourreaux, mais en vain. A la fin, du sang coulait de son entre-jambe.

C’est un des policiers qui font la garde à une banque située sur cette avenue qui est intervenu pour mettre fin à ce lynchage, en tirant des coups de feu en l’air pour disperser cette foule excitée.

Si rien n’est fait, ça va empirer

Ces scènes épouvantables sont devenues malheureusement une habitude au centre-ville de Lubumbashi. Des jeunes hommes, mais aussi des femmes, s’en prennent à des femmes parce qu’habillées d’une manière qui ne leur plaît pas. Ce qui est scandaleux.

Dans un pays qui a la réputation d’être le pire pays africain pour les femmes, juste devant le Soudan du Sud, ces genres de pratiques devraient être combattues avec la dernière énergie.

Malheureusement rien n’est fait par les autorités pour décourager cette mauvaise habitude de s’en prendre aux femmes en plein centre-ville. Et à voir comment la ville est en train de devenir carrément un « souk », cette pratique n’est pas prête à s’arrêter.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Le chômage et la faiblesse des institutions publiques sont parmis les maux à résoudre pour sortir de tels travers.