article comment count is: 0

#8Mars : je suis femme et je l’assume

A l’occasion de cette énième journée du 8 mars, la blogueuse Nathalie Sala vous propose un poème à travers lequel elle assume pleinement sa féminité en tant que femme. Elle parle également de son aide à l’homme, ainsi que des barrières sociales dont elle doit se défaire « pour exister entièrement ». A travers ces rimes, elle espère que d’autres jeunes femmes comme elle, pourront se retrouver et avoir un peu plus confiance en elles-mêmes. 

Je suis femme et je l’assume

Je suis femme,
Un être à part entière,
Qui mérite respect et dignité,
Complète, je le suis dans ma différence,
Pour mon semblable, je ne suis pas une menace.
De l’homme, je ne suis ni inférieure ni adversaire,
A ses côtés, je suis partenaire.

Epouse ou mère en devenir,
De mon cœur, amour et patience doivent jaillir.
Sujet de droit, pour mon cas aussi il faut l’égalité,
Mes compétences sont pour la complémentarité.

Je suis femme,
Et chaque mois je saigne,
Mais ce n’est pas pour cela que je me dédaigne,
Ma féminité n’est pas un mauvais sort,
C’est un don en accord avec mon corps.

Mes menstrues, je les assume, pour moi signe de fertilité,
Mes maternités douloureuses pour pérenniser l’humanité,
A mes tétons se nourrit ma postérité,
Dans mes bras, elle trouve sécurité.

Dans mon sac, je n’ai pas que beauté,
Je suis dotée de bien des qualités !
Mes rondeurs ne sont pas toute ma richesse,
Je suis une ouvrière distante de la paresse !
Ne me regardez pas que pour des prouesses sexuelles,
Sachez que ma douceur n’est pas que sensuelle.

Femme active,
Par la recherche et la lecture je me cultive.
Par le travail, je trouve indépendance et liberté,
De courage je suis ceinte, je sais que rien ne m’est facilité.
Pour donner le meilleur, je fournis plus d’efforts,
Pleine de potentiels, pour éclore, du cocon je sors,

Je défie le regard social,
Même si le jugement est crucial.
Je me délivre des traditions rétrogrades,
Des restrictions injustes, je me garde.
Je rêve grand et j’ai une vision lointaine,
Face aux ondes négatives, je ressens de la gêne,
Différente mais égale à l’homme, je suis femme

 

Vous pouvez lire aussi : Femmes congolaises réveillons-nous

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.