article comment count is: 0

L’albinisme n’est pas un handicap

En famille, à l’école et même en milieu professionnel, les personnes vivant avec albinisme sont victimes de rejet et ont du mal à s’épanouir. Pourtant, ce sont des humains possédant toutes les facultés et ne sont nullement invalides.

Les Nations-Unies définissent l’albinisme comme « une maladie rare, non transmissible et héréditaire qui existe dans le monde entier, indépendamment de l’appartenance ethnique ou du genre ». Il est dû à une absence de pigmentation (mélamine) dans les cheveux, la peau et les yeux. Il n’existe à ce jour aucun remède connu.

Les albinos méritent protection

En RDC, les albinos sont sujets à des croyances iniques. Simon-Pierre Kalenga, président de l’Organisation pour le bien-être des albinos en RDC (Obiac) déplore cette réalité. Au micro de Le Matin, il explique : « Les albinos sont des personnes à part entière, ils méritent protection. Les menaces contre nous, albinos, dépassent les limites, jusqu’à pousser certaines personnes à aller déterrer les os des albinos à des fins inavouées. »

Ces dernières années, les albinos congolais se sont affirmés et ont prouvé que le pays pouvait compter sur eux. Parmi les dignes représentants de cette communauté, l’on peut se souvenir du catcheur Mwimba Texas, récemment décédé, et de l’homme d’église Wallo Mutshenga. Malgré cette percée, le calvaire des albinos n’est pas près de s’arrêter.

Victimes de préjugés

Le 23 octobre, Mons Monshenju, célèbre journaliste et albinos de Kinshasa a déjà connu un calvaire : il avait été attaqué et brutalisé par un groupe de cinq personnes (trois hommes et deux femmes). Son seul crime : être albinos. Mons raconte : « ‘Il avance, aborde-le’, se sont-ils dit en m’apercevant. Je croyais que cela était lié à mon travail des médias. Pourtant, ils avaient des intentions sombres. »

Ce groupe voulait en fait vérifier ses idées reçues. « Les albinos ont une vision de chat, tu peux nous le confirmer ? », lance un des agresseurs. Un autre tente de toucher sa peau et s’exclame : « Il ressemble à un porc. »

Loin d’être anodine, la situation de Mons est le quotidien des albinos à Kinshasa. Plusieurs personnes croient que les albinos ne meurent pas mais qu’ils disparaissent. Certaines entreprises refusent carrément de recruter les albinos.

Recrutez et embauchez les albinos

Le 19 octobre dernier, le président Tshisekedi lançait le premier colloque panafricain sur l’albinisme avec un message fort : « Embauchez, recrutez et offrez des stages aux personnes atteintes d’albinisme. ». Le chef de l’Etat a alors rappelé que lutter contre les violations multiformes des personnes atteintes d’albinisme n’est pas une option à lever, mais un droit et une obligation.

Bien plus qu’un symbole, le président a loué les qualités d’un des porte-étendards de la communauté albinos de la RDC : Yan Mambo. Le célèbre vidéaste congolais est une preuve que l’albinisme n’est pas un handicap.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion