article comment count is: 2

Derrière certains investissements se cache un blanchiment d’argent sale

On dit souvent que la corruption est née en même temps que le commerce. Si cela est vrai, on voit mal comment envisager la combattre partout où la notion d’argent et de profit existe. Dans certaines situations, le corrupteur tente de rendre propres ses activités en investissant dans des activités a priori saines. C’est le blanchiment d’argent.

Qui aurait cru qu’en achetant du pain à Kinshasa, notre argent permettait de couvrir les activités d’une organisation terroriste au Proche-Orient ?C’est pourtant ce qu’a révélé le gouvernement américain, pointant du doigt le mouvement terroriste Hezbollah qui lève et blanchit des fonds en RDC pour financer ses activités à travers la fabrication du pain et d’autres activités.

Dans une pareille perspective, la classe dirigeante est dans l’embarras. Car, si elle décide de s’attaquer aux activités générées par la corruption, le risque de perte d’emplois, de hausse des prix et de manque à gagner pour le fisc est grand et fait reculer de nombreux gouvernements.

De beaux immeubles construits par de l’argent sale ?

L’autre secteur dans lequel, le blanchiment d’argent est très actif est l’immobilier. Pour le commun des mortels, un beau pays s’apprécie par le nombre de gratte-ciels, d’immeubles de luxe et de routes. Sur les réseaux sociaux, nombreux se livrent à des comparaisons sur la stature des villes dans le monde pour comparer les niveaux de développement de chaque pays.

Qui sait si les beaux et grands immeubles que nous vantons dans nos villes de la RDC ne sont pas le fruit du vol, du détournement de fonds que les auteurs ont reconverti en immeubles et hôtels de luxe pour générer de l’argent propre (rentes, loyers, hébergement) à vie ?

Les blanchisseurs peuvent même se faire bienfaiteurs et philanthropes en distribuant des dons et des aides à travers une fondation, une association caritative, dans le but de s’attirer un capital sympathie et soigner leur image de marque. L’opinion publique prend alors faits et cause et gronde lorsque la justice s’intéresse de trop près à ceux qui ont la main facile.

Vous aurez beau demander la transparence sur les réseaux sociaux, mais posez-vous d’abord la question si le pain que vous mangez ou si le service que vous utilisez n’est pas de l’argent sale.

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Normalement si nos achats finance des projects terrosistes c’est tout simplement car Notre gourvenrment favorise l’investissement des etrangers au depit des insvestisseurs locaux.