article comment count is: 0

Le « branchement » pour réussir à l’université ?

Loin des débats politiques, je veux vous amener à bannir l’une des méthodes négatives de réussite au sein des universités congolaises : « Le branchement. » C’est une autre appellation de la corruption dans nos universités. 

On appelle « branchement », ce monnayage des points très courant dans les universités. 5, 10, 20, 50, 100, 200 dollars, le tarif dépend des attentes du demandeur (étudiant) face au fournisseur (enseignant, ou corps académique). Souvent, ce fameux branchement prend la forme d’un « suivi ». On vous dit : donnez quelque chose pour que je fasse le suivi. Eh oui ! Et l’étudiant(e) y met toute sa confiance et espére une réussite à la fin de l’année.

« Si tu ne branches pas, tu ne réussiras pas »

Il y en a tellement, ces phrases qui collent à la peau des étudiants. D’ailleurs, j’en reprends quelques-unes que j’ai entendues durant tout mon parcours universitaire. Je suis sûre que vous les avez aussi déjà entendues. « Étudier pour comprendre, tricher pour réussir ». Celui qui a dit ça n’a jamais connu le plaisir d’une victoire remportée après d’énormes efforts. « A l’université, on ne fournit aucun effort pour réussir, tout est question de chance ». Celui qui dit ça, n’a jamais eu l’idée de réviser ses notes. « A l’université, ce sont toujours les étudiants qui ne travaillent pas bien qui réussissent ». C’est faux.

Les meilleurs étudiants sont toujours repérés et ils méritent leur réussite. Et la toute dernière phrase dit : « A l’université, si tu ne branches pas, tu ne réussiras pas. » Très faux aussi. Je vous assure que vous pouvez faire tout votre parcours universitaire et réussir avec brio, sans avoir dépensé un seul dollar pour le fameux « branchement ». J’en ai fait l’expérience, je peux donc vous garantir que ce n’est pas sorcier. j’ai été chef de promo, je sais de quoi je parle.

Comment réussir sans « branchement » ?

En lisant ce texte, vous vous demandez, mais quelle méthode faudrait-il utiliser pour réussir sans « branchement » ? Et comment faire ? Alors, je vais vous proposer quelques cinq méthodes acquises de mes enseignants à l’univ et quelques conseils pour réussir votre année académique.

Etre présent à 90 % des séances du cours

Tout enseignant est très content quand il vous voit régulier à son cours. Ne soyez pas seulement présent, mais participez et posez des questions sur des points qui vous semblent flous. Notez les réponses de l’enseignant. Prenez des notes et ne vous contentez pas que des syllabus. Ayez un carnet, agrafez des papiers, faites de votre mieux pour conserver les explications très importantes.

Ne négligez aucun cours 

Tous les cours sont importants, même celui du prof dont la tête ne vous plaît pas. Le cours que vous négligez peut être celui qui va contribuer à votre échec. Faites donc un effort dans chaque cours.

Développez une stratégie 

Vous êtes à cette promotion pour la première fois, n’hésitez donc pas à entrer en contact avec ceux qui sont déjà passés par là. Prenez d’anciens questionnaires, d’anciennes notes du cours.

Participez aux travaux 

Faites tout pour remettre vos copies des TP, d’interros, d’examens et gardez une copie du travail réalisé après correction, c’est votre preuve matérielle. N’attendez pas la fin de l’année pour réclamer une « cote » juste, si vous estimez avoir bien travaillé. Trouvez le bon moment et faites-le savoir à votre enseignant. Si vous avez raté un travail pour une cause juste, faites-le lui savoir.

Enfin, étudiez pour la vie 

N’étudiez pas juste pour décrocher un diplôme ou pour prouver à quelqu’un. Faites-le pour vous, pour votre avenir. Vous pourriez surement ajouter d’autres méthodes, comme l’entraide entre étudiants, le travail en groupe, etc. Je vous conseille de ne ménager aucun effort pour obtenir des points que vous avez mérités en première ou deuxième session. Et surtout, sans le « branchement » ce péché mignon des étudiants. Ainsi, nous dirons #UnivSansBranchement.

 

Partagez-nous votre opinion