article comment count is: 3

Le combat de Magnifique, une veuve de Goma 

Etre veuve à Goma est un calvaire. Le veuvage correspond souvent à la pauvreté et la solitude. A 32 ans, Magnifique décide de braver les stéréotypes après avoir tout perdu. 

Blouse bleue rayonnante et coiffée d’une longue tresse, Magnifique est veuve depuis 4 ans. Son mari, un militaire, a été tué à Kilimanyoka, dans le territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu pendant les combats qui opposaient en 2013, le gouvernement congolais face à la rébellion du « Mouvement du 23 mars ».

Le challenge 

Contrainte à subvenir seule aux besoins de sa famille, Magnifique relève le défi. Chaque jour, elle parcourt à pied une distance de 16 kilomètres entre Ngangi, dans la banlieue de Goma où elle habite et le centre-ville pour faire son commerce de gants de toilette appelés « Linyuka ».

Magnifique a un enfant de 7 ans, une fille, à qui elle souhaite donner le meilleur de ce qu’elle possède, même avec un maigre revenu journalier.

« On ne doit pas laisser son enfant trébucher sur la même pierre que soi. Je n’ai pas fait d’études. Donc, je fais tout avec le peu que je gagne pour que ma fille ait une instruction normale. Je confectionne des gants qui se vendent convenablement et je gagne ainsi ma vie » raconte-t-elle.

La pauvreté et la solitude exposent davantage les femmes veuves à tous les maux de la société à Goma. Il faut se remarier vite, si on veut les éviter ! Pour Magnifique, à la question de savoir pourquoi elle ne veut pas refaire sa vie avec un autre homme, elle répond avec un sourire triste aux lèvres :

« Je me suis jurée de ne pas me remarier avant que ma fille ait atteint sa majorité. Je ne crois pas vraiment qu’il existe un homme qui serait disposé à me prendre en charge et d’aimer ma fille comme sa propre fille. Je ne veux pas que ma fille souffre encore plus. Parfois, les hommes disent que je suis folle. Mais pour l’amour de ma fille et son bien-être, je donnerais tout !  » conclut-elle.

L’exemple de cette femme courageuse de Goma, malgré son état de pauvreté et les préjugés qu’elle subit dans la société, prouve une fois de plus la force de la femme congolaise. Nous pouvons nous prendre en charge et compter sur nous même pour des grandes ambitions de notre pays, la RDC !

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Wow, magnifique cet article, et enfin heureux de découvrir une femme vertueuse et sage,une femme qui a du bon sens,la vie ce n’est pas que le mariage, mais avoir des buts.
    Je prie de tout coeur que le Seigneur la tire de sa misère au nom de Jésus.