article comment count is: 2

RDC : à qui délivrer un permis de conduire et quand ?

Obtenir un permis de conduire n’est pas facile sous d’autres cieux. Mais en République démocratique du Congo, c’est l’un des documents les plus faciles à trouver, et dans n’importe quelle condition.

Il existe pourtant une commission nationale de délivrance des permis de conduire (Conadep), mais elle ne délivre pas le permis qu’aux seules personnes déclarées aptes.

De l’argent à la place des formations

Sur le plan pratique, les conditions nécessaires comme la formation à la conduite des véhicules sur les voies publiques, le test de connaissance du code de la route, les mesures de secours, etc., ne sont pas suivies. Pas d’examens auprès des médecins attitrés, pas de contrôle rigoureux comme le veut la loi. Parfois, c’est même inutile d’aller chercher le service habilité pour obtenir ce document.

Il suffit pour vous de payer l’argent pour la formalité administrative, donner votre identité et c’est tout, vous recevez votre permis de conduire le jour même.

La rapidité dans l’obtention du document dépend aussi de votre région où ville. À Kinshasa ou à Mbujimayi, tout va vite. C’est juste une question de quelques heures, alors que pour ceux qui suivent la procédure normale, le délai peut aller jusqu’à plusieurs semaines, voire des mois.

Une connaissance à moi avait postulé à un emploi dans une ONG. Parmi les conditions d’embauche, il fallait être détenteur d’un permis de conduire en cours de validité et  avoir une maîtrise parfaite de conduite des motos. Il lui fallait présenter son permis de conduire avant de signer le contrat de travail. Il a alors entamé la procédure d’obtention du permis tout en combinant avec l’initiation à la conduite des motos.

Au service qui délivre le permis, un agent lui a juste demandé de l’argent et la pièce d’identité. Sans savoir s’il sait bien conduire ou non, ou s’il connaît le code de la route. Dans les dix jours, il devait obtenir le document. Mais comme ce délai était long, il a alors déclenché une seconde démarche, et au bout de 48 heures, il a eu son permis de conduire et il a été embauché dans l’ONG.

Ce que l’Etat congolais y perd

L’État congolais se trouve devant un individu qui ne maîtrise pas les engins roulants, dans l’exemple que je viens d’évoquer. On ne peut pas ainsi se plaindre que des cas d’accidents de circulation se multiplient. Il y a aussi de l’argent que l’Etat perd.

Je pense qu’il est urgent que les responsables des administrations locales prennent au sérieux la sécurité de tous. Un mauvais conducteur autorisé à rouler sur les voies publiques représente un réel danger pour tous. Même celui qui délivre ces documents peut être touché. Voilà pourquoi il faut qu’on respecte simplement la loi.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)